/entertainment/music
Navigation

Michaël : rester connecté au public

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Michaël était de passage à Québec, hier, quelques jours avant son spectacle au Théâtre Petit Champlain.

Coup d'oeil sur cet article

Six mois après avoir relancé sa carrière en participant à La Voix, on peut dire que les efforts de Michaël sont récompensés. En décembre, le chanteur participe à pas moins de trois tournées : la sienne, ainsi que deux spectacles de Noël qui passeront par Québec.

Dans les deux prochaines semaines, Michaël se produira autant dans l’intimité du Petit Champlain, mardi soir, pour son premier spectacle solo depuis fort longtemps, que dans l’immensité du Centre Vidéotron le 1er décembre. Il y sera en tant qu’artiste invité de Mario Pelchat et les prêtres, avec qui il a enregistré une chanson sur leur album de Noël, paru cette semaine.

Le chanteur prendra aussi part à quelques spectacles de la tournée Noël, une tradition en chanson.

Mais, c’est pour son spectacle solo, À contre-sens, produit par evenko, que Michaël est sans doute le plus fébrile. « Je me suis mis des barrières dans les dernières années, je restais toujours dans le plus lyrique. Là, c’est très éclectique. »

Non conforme

Avec trois musiciens, il promet de revisiter avec toute l’énergie qu’on lui connaît son propre répertoire et, côté reprises, il passe des Backstreet Boys à Paul Piché, Metallica, Lynda Lemay, Elvis Presley. Pour s’empêcher « de trop parler », il a fait appel au scripteur Daniel Langlois, qui travaille avec plusieurs humoristes.

Que signifie « À contre-sens » ? « Des fois, j’ai l’impression d’être à contre-sens parce qu’on dit toujours qu’un artiste doit trouver son style, sa couleur. Ça fait 25 ans que je fais ça, et je ne l’ai encore pas trouvé. Et ce n’est pas grave, je l’assume. J’ai une voix et j’aime ça l’explorer dans différents univers. Finalement, c’est ça qui est en train de devenir ma marque de commerce », philosophe-t-il.

Michaël évoque aussi son parcours de vie différent. « J’ai eu mon premier enfant à 19 ans, je n’ai pas encore de maison... Je suis parti en Inde pendant trois mois au lieu de m’acheter une maison. J’ai fait La Voix après avoir sorti quatre albums. Moi, j’ai bien de la difficulté avec la conformité », ajoute-t-il.

Battre le fer Quand il est chaud

Quand Michaël a lancé l’hymne à la solidarité On est là, en septembre dernier, il n’avait pas dans ses plans la création d’un album complet. Son but ? Garder la connexion avec le public. Cette chanson lui a servi de pont avec le public après la tournée de La Voix et avant la création du nouveau spectacle.

« Je ne souhaitais pas que ça s’arrête. Après 25 ans, je sais un peu comment ça fonctionne, ce métier-là, et il faut que tu battes le fer pendant qu’il est chaud. »

Michaël a aussi un album de Noël à son actif, lancé il y a à peine deux ans.

Michaël sera en spectacle le 14 novembre au Théâtre Petit-Champlain.