/24m/job-training
Navigation

Culture organisationnelle et affinité personnelle : Poser les bonnes questions

Culture organisationnelle et affinité personnelle : Poser les bonnes questions
alotofpeople - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

«À votre tour maintenant : avez-vous des questions?»

Bien que conscients de la route à double sens que représentent les entrevues d'embauche, nous persistons à préparer bien plus les réponses que les questions. Et pourtant, en mettant l'accent disproportionnellement sur ce que nous croyons être la bonne parole, nous ratons des occasions précieuses d'évaluer véritablement notre compatibilité.

Notre prochaine série de chroniques explore ce fit entre la culture organisationnelle et vos propres affinités, mettant en relief certains de ces enjeux et proposant des mises en situation pour vous servir de phare dans votre recherche d'emploi. Au-delà des clichés sur le quotidien, les objectifs et les priorités du poste, les questions que vous réserverez à l'intervieweur devraient refléter ce qui vous importe. Ici, il n'y aura ni bonne ni mauvaise réponse, votre performance ne sera pas en question et l'adaptabilité jouera toujours en votre faveur, mais il va de soi de veiller - dans la mesure du possible et au bénéfice des deux parties - aux chances de votre épanouissement.

Culture organisationnelle et affinité personnelle : Poser les bonnes questions
jcomp - stock.adobe.com

Enjeu nº 1 : Imputabilité individuelle par rapport au travail d'équipe

Le fait que vous soyez axé sur le collectif ou bien sur l'individu aura un impact considérable sur votre aisance à assumer vos responsabilités et à évaluer votre rendement dans votre nouvel emploi. Bien sûr, nous pouvons tous travailler et indépendamment et en tant que membre d'une équipe, mais l'équilibre particulier que nous privilégierons ressort plutôt de l'un ou de l'autre de ces cadres d'imputabilité.

Pour un professionnel extraverti et stimulé par le travail d'équipe, trop de solitude en face d'un écran peut signifier désenchantement, et lorsque vécu au quotidien, peut même être perçu comme étant de l'indifférence de la part de la direction. Si vous vous êtes déjà senti ainsi délaissé, il est possible que ce soit la proximité et la collaboration étroite avec vos collègues qui vous manquaient. L'intention aurait bien pu être de créer un climat de calme et de concentration, mais vous auriez eu besoin d'une communication plus fréquente pour alimenter votre sentiment d'appartenance.

Culture organisationnelle et affinité personnelle : Poser les bonnes questions
FS-Stock - stock.adobe.com

À l'inverse, si vous préférez travailler seul et faire rapport aux étapes clés, imaginez-vous dans une aire de bureau ouverte, entouré de ce que vous qualifieriez de bavardage, et devant accomplir des tâches inutilement fractionnées dans la réalisation de vos projets. Vous percevriez l'environnement de travail comme étant interruptif, plutôt que porteur d'inspiration collective.

Si l'un ou l'autre de ces scénarios vous dit quelque chose, vous devriez aborder le travail en équipe au stade de l'entrevue. Une simple question sur la répartition, l'espace de travail ou la fréquence des réunions devrait pouvoir clarifier cette dimension de votre compatibilité.

Soyez des nôtres dans deux semaines pour le deuxième volet de cette chronique sur la culture organisationnelle et vos affinités, où nous aborderons votre penchant pour les prévisions par rapport à l'agilité dans la gestion du changement.


Pour parcourir toutes nos chroniques, rejoignez-nous sur le site de l’École d’éducation permanente de l’Université McGill ou sur LinkedIn.