/news/green
Navigation

Ils donnent leur paradis pour le bien de l’humanité

Les Montréalais craignaient que le terrain de Lanaudière finisse en projet immobilier

France Bourdon et Larry Conochie sont entourés de Réjean Dumas et Michel Lebœuf, fiduciaires à la Fiducie de conservation des écosystèmes de Lanaudière.
Photo Geneviève Quessy France Bourdon et Larry Conochie sont entourés de Réjean Dumas et Michel Lebœuf, fiduciaires à la Fiducie de conservation des écosystèmes de Lanaudière.

Coup d'oeil sur cet article

SAINTE-ÉMÉLIE-DE-L’ÉNERGIE | Un couple de Lanaudière a fait don de 138 hectares de forêts, de lacs et de rivière afin que ce territoire soit protégé à perpétuité.

Larry Conochie et France Bourdon ont choisi de céder leurs terres de Sainte-Émélie-de-l’Énergie à la Fiducie de conservation des écosystèmes de Lanaudière.

En échange de ce terrain évalué à 400 000 $, celle-ci s’engage à le protéger à perpétuité.

Le vaste territoire traversé par la rivière Noire compte des ruisseaux, des lacs, des étangs, un marécage, une tourbière et au moins 22 types de peuplements forestiers. On y trouve 18 espèces de mammifères, dont la chauve-souris cendrée, 91 espèces d’oiseaux et huit espèces de reptiles et d’amphibiens.

« Notre objectif est d’empêcher le développement domiciliaire et protéger la nature », explique Larry Conochie, passionné d’aménagement forestier.

L’homme a planté des milliers de pins rouges, pins blancs, épinettes blanches et mélèzes pour régénérer sa forêt, fortement affectée par la tordeuse des bourgeons d’épinettes dans les années 1970.

Trop beau

Larry Conochie et France Bourdon ont acquis leur chalet à cet endroit en 1972.

La vue à la sortie de leur résidence.
Photo Geneviève Quessy
La vue à la sortie de leur résidence.

« Au début, on y allait les week-ends, et parfois on repartait en larmes tellement c’était beau avec le soleil couchant », évoque France Bourdon.

Les Montréalais d’origine y ont ensuite passé leurs vacances, pour finalement s’y établir à temps plein à leur retraite, vers 2004.

Au fil du temps, ils ont acquis plusieurs propriétés aux alentours, dont une érablière, revendant les maisons pour ne garder que les terres.

Puis l’idée a germé. Il fallait trouver le moyen de protéger cette forêt, pour toujours.

« Notre fils n’a pas le temps de s’en occuper. Il a été d’accord immédiatement quand on lui a proposé d’en faire don à un organisme de protection de la nature », dit France Bourdon, qui a fait de nombreuses recherches et consulté des avocats.

La Fiducie de conservation des écosystèmes de Lanaudière a donc pris en charge officiellement depuis cet été les 138 hectares de forêt et veillera désormais à sa conservation.

Écosystème extraordinaire

« On a là un écosystème extraordinaire avec des milieux humides qui n’existent plus ailleurs. Ça ouvre la porte à la recherche, ainsi qu’à l’éducation », dit Réjean Dumas, biologiste et fiduciaire. Des chercheurs de l’UQAM s’y intéressent et des activités y seront mises en place.

Delphine Favorel, du Réseau de milieux naturels protégés confirme qu’il s’agit d’un don majeur. « Cent trente-huit hectares, c’est beaucoup. »

Selon elle, la fiducie d’utilité sociale est un modèle récent et très rare, mais d’autres organismes accueillent également des dons de terrains pour la protection un peu partout au Québec, dont l’organisme Conservation de la nature.