/news/society
Navigation

Jour du Souvenir lourd de signification

Membres des forces armées, familles et politiciens ont commémoré «les sacrifices du passé» à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Le jour du Souvenir célébré samedi a pris une double signification pour un major des Forces canadiennes, dont le père vétéran de l’armée est décédé il y a deux ans.

« Aujourd’hui, j’ai une grosse pensée pour lui, qui a fait la guerre dans la marine. C’est une raison de plus pour se souvenir », pointe le major Christian Beaudin, des Fusiliers du Mont-Royal. 

Le major Christian Beaudin a passé plus de 40 ans dans les forces canadiennes.
Photo Agence QMI, Dario Ayala
Le major Christian Beaudin a passé plus de 40 ans dans les forces canadiennes.

« C’est important le jour du Souvenir, parce qu’il ne faut pas oublier les sacrifices qui ont été faits dans le passé », poursuit l’homme de 58 ans. 

La cérémonie était aussi chargée en émotions pour les Fusiliers, qui pleuraient la perte récente d’un des leurs, le sergent Mario Castonguay, mort en juillet dernier.  Le disparu avait combattu en Afghanistan.

La mère du sergent Castonguay, Denise Murphy Castonguay, a été l’une des dignitaires de la cérémonie, samedi.

Elle était la mère de la Croix d’argent pour Montréal, remise aux proches de soldats canadiens morts en devoir ou dont le décès a été attribué à leurs fonctions.

 Plusieurs soldats ont pris part aux célébrations.
Photo Agence QMI, Dario Ayala
Plusieurs soldats ont pris part aux célébrations.

Missions difficiles

Le major Beaudin, qui compte 41 ans d’expérience dans l’armée, a été déployé à plusieurs endroits, comme en Éthiopie, en République démocratique du Congo, en Afghanistan et en Haïti.

« Chaque mission que j’ai accomplie a été difficile, mais chacune avait ses particularités. La moins agréable, c’était celle en Afghanistan, parce que chaque fois que tu sortais tu étais à risque », raconte-t-il, avouant avoir vu des choses pénibles, mais qui ne l’ont « pas affectés, heureusement ».

M.Beaudin rappelle que d’autres de ses confrères n’ont pas eu cette chance.

« Beaucoup de vétérans reviennent blessés. Pas seulement physiquement, mais psychologiquement aussi. Il ne faut pas les oublier, on ne veut pas les perdre », souligne-t-il.

La mairesse désignée de Montréal, Valérie Plante, et le maire sortant Denis Coderre ont participé à la commémoration.

C’était la première fois depuis les élections municipales qu’ils étaient vus ensemble.

Souvenirs pour Plante

La mairesse désignée de Montréal, Valérie Plante, a marché au bras du maire sortant Denis Coderre pour déposer une gerbe au cénotaphe de la Place du Canada.
Photo Agence QMI, Dario Ayala
La mairesse désignée de Montréal, Valérie Plante, a marché au bras du maire sortant Denis Coderre pour déposer une gerbe au cénotaphe de la Place du Canada.

L’air solennel, Mme Plante a marché au bras de M. Coderre pour aller déposer une gerbe au cénotaphe de la Place du Canada.

« C’est aussi un moment important parce que j’ai moi-même eu le privilège, il y a plus de 20 ans, d’être guide à Vimy en France, a raconté Valérie Plante. C’est important pour moi d’être ici et je suis fière que ce soit une de mes premières présences publiques. »

Denis Coderre a affirmé que « c’était une belle façon [pour moi] de terminer mon mandat en ce jour du Souvenir ». Des centaines de soldats ont participé à la commémoration.

Partout au pays, des milliers de personnes ont assisté à des cérémonies.

Le premier ministre Justin Trudeau n’a pas pu être présent, étant en voyage officiel en Asie.

« Nous avons une dette de reconnaissance envers nos vétérans et ceux qui sont tombés et leurs familles qui les aiment », a-t-il déclaré.

- Avec l’Agence QMI