/opinion/columnists
Navigation

Comment tuer un maximum de gens

Donald Trump
Photo AFP Donald Trump

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y a pas un journal aussi chirurgical que le New York Times quand vient le temps de disséquer les niaiseries de Donald Trump.

Après le massacre perpétré dans une église, dimanche dernier, au Texas, qui faisait suite à tant d’autres, Trump a lâché que les États-Unis étaient confrontés à une problématique de santé mentale et non d’armes à feu.

Dans son édition du 7 novembre, le quotidien new-yorkais montre qu’il n’y a pas plus de problèmes de santé mentale aux États-Unis qu’ailleurs.

On n’y dépense pas moins en santé mentale et on n’y compte pas moins de professionnels du domaine que dans les pays où les tireurs de masse sont beaucoup moins fréquents.

Faits

Serait-ce qu’il se commet plus de crimes aux États-Unis qu’ailleurs ?

Non plus. Il n’y a pas plus de crimes aux États-Unis en pourcentage de la population que dans d’autres sociétés comparables.

C’est plutôt que les conséquences des crimes y sont plus dévastatrices en raison du nombre et du type d’armes impliquées.

Un Londonien a autant de chances qu’un New-Yorkais d’être victime de vol, mais il a 54 fois moins de chances d’être tué pendant l’incident.

Aux États-Unis, il y a 33 homicides par arme à feu pour chaque million de personnes. Ce taux est de 5 au Canada et de 0,7 en Grande-Bretagne.

Comme par hasard, cet écart correspond à l’écart du nombre d’armes possédées dans ces trois pays.

Revenons un instant aux tueries de masse.

En Chine, entre 2010 et 2012, on a répertorié une douzaine d’attaques commises par des individus qui entrent dans une école pour s’en prendre à des enfants.

Bilan : 25 morts. Les assaillants n’avaient que des couteaux à leur disposition. Pendant la même période, cinq assauts de ce type ont fait 78 morts aux États-Unis.

En pourcentage de la population, les attaques par un détraqué aux États-Unis étaient 12 fois plus meurtrières. Devinez pourquoi.

Selon Adam Lankford, de l’Université de l’Alabama, en 2015, il y avait en circulation, aux États-Unis, 270 millions d’armes à feu. Aucun autre pays n’a plus de 46 millions d’armes.

Entre 1966 et 2012, il y a eu 90 tueries de masse aux États-Unis. Aucun autre pays n’a connu plus de 18 tueries de ce genre pendant la même période.

Les États-Unis représentent 4,4 % de la population mondiale, mais on y trouve 42 % de toutes les armes.

Accès

Bref, la seule explication au nombre de morts provoquées par les armes à feu, c’est le nombre d’armes en circulation et le caractère souvent quasi militaire de celles-ci.

Il y a des fous partout. Il y a des criminels partout. Mais c’est aux États-Unis qu’ils ont le plus de moyens pour semer la mort.