/weekend
Navigation

Immigrer pour améliorer son sort

Immigrer pour améliorer son sort
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Ceux qui ont apprécié la pièce à succès La mort d’un commis voyageur auront l’occasion de découvrir une autre pièce du dramaturge américain Arthur Miller, présentée cette fois au TNM. Mettant en vedette François Papineau dans une mise en scène de Lorraine Pintal, cette tragédie met en lumière une famille modeste qui a fui la misère de l’Italie pour s’installer à Brooklyn, dans l’espoir de vivre le rêve américain.

La pièce, qui a vu le jour à Broadway en 1955, nous fera découvrir Eddie Carbone, personnifié par François ­Papineau et qui, après la Seconde Guerre mondiale, a quitté son pays natal pour immigrer aux États-Unis. L’homme, issu de la classe ouvrière, travaille désormais dans la zone ­portuaire de New York, à l’ombre du pont de Brooklyn. À ses côtés, sa femme Béatrice (Maude Guérin) et sa nièce Catherine (Mylène St-Sauveur). Cette dernière, qui n’a pas encore 18 ans, a été recueillie par le couple, après qu’elle fût devenue orpheline.

Comme dans la plupart des pièces d’Arthur Miller, il est question du rêve américain brisé. « C’est une pièce ­formidable », confie le comédien ­François Papineau, qui a pris part à plus de 35 pièces de théâtre. « Eddie est un homme extrêmement possessif et narcissique. Il est aussi jaloux et ­autoritaire, même s’il est très gentil », ajoute le comédien.

Immigrants illégaux

S’ajouteront à la pièce les deux frères et cousins de Béatrice, Rodolpho et Marco (Frédérick Tremblay et Maxime Le Flaguais). Sans domicile fixe puisqu’immigrés clandestinement au pays, ils vivront eux aussi chez le couple.

« L’arrivée des deux jeunes ­immigrants illégaux va venir ­bouleverser l’équilibre familial qu’il tente de maintenir, révèle François Papineau. Nous sommes dans une structure familiale incestueuse. »

Oui, incestueuse. C’est que ­Catherine et le cadet de la famille, Rodolpho, ­tomberont amoureux l’un de l’autre. Pour Eddie, maladivement possessif, la relation est inacceptable. Imaginez donc sa rage lorsque les deux amants annoncent leur intention de se marier. Un terrible drame est à prévoir ! Eddie tentera par différents moyens de mettre un terme à cette relation, allant jusqu’à prétendre que Rodolphe souhaite uniquement régulariser sa situation d’immigrant illégal par ce mariage.

Possession ou amour ?

Si on a l’impression qu’Eddie est amoureux de sa nièce, l’acteur nuance. « Il veut surtout la garder sous son emprise, précise-t-il. Il est plutôt question de possession que d’amour entre Eddie et sa nièce. » Il n’en demeure pas moins qu’Eddie est profondément attaché à Catherine. Mais le jour où celui-ci surprendra le jeune couple dans la chambre à coucher, tout bascule...

« C’est sa personnalité narcissique qui fait en sorte qu’il ne peut accepter que les autres soient heureux sans lui », souligne l’acteur. Désespéré, Eddie va commettre un acte impardonnable. Une vengeance s’ensuivra.

Par ailleurs, on suit François Papineau dans la série Unité 9. Il sera également de la distribution du film Cash Nexus de François Delisle.

Vu du pont

♦Auteur : Arthur Miller

♦Mise en scène : Lorraine Pintal

♦Traduction : Maryse Warda

♦Distribution : Frédérick Bouffard, Paul Doucet, Maude Guérin, Maxime Le Flaguais, François Papineau, Martin-David Peters, Mylène St-Sauveur, Frédérick Tremblay

♦Du 14 novembre au 9 décembre au TNM