/weekend
Navigation

J’ai parcouru La route de 2Frères et j’en reviens changé

Coup d'oeil sur cet article

Bien qu’il soit de bon ton dans certains cercles de casser du sucre sur le dos de 2Frères et son folk pop réconfortant, mais sans surprise, je dois vous avouer, chers lecteurs, que j’en pince tout de même pour les compères. Sans être leur plus grand fan, les gars semblent être « de bons ‘yabs » qui ne se prennent pas trop au sérieux (leurs entrevues, souvent rafraîchissantes en témoignent).

2Frères - La route

★★★

Photo courtoisie

Bref, c’était avec une certaine hâte que je voulais parcourir La route, deuxième album du projet depuis le succès incroyable de Nous autres (2015) qui a trouvé plus de 115 000 acheteurs. « Qu’est-ce qu’un groupe, lucide de l’image qu’il projette et en pleine possession de ses moyens, peut proposer comme second chapitre à son histoire ? » La réponse : la même affaire, mautadine.

Une route ? Non, Une boucle !

Disons-le d’emblée : les frères sont toujours bien en voix, mais les nouvelles musiques qu’ils proposent, elles, pourraient se retrouver sans problème sur Nous autres. Pour leurs fans qui espéraient un peu de neuf : meilleure chance la prochaine fois !

Côté textes, c’est un peu triste que les paroles livrées aux Caouette – deux artistes quand même jeunes, rappelons-le – soient si ancrées dans la nostalgie.

Une écoute « déprimante »

Le simple Comme avant est un exemple éloquent, On est ben – qui fait référence à l’enfance – est une autre chanson exploitant le thème. Être nostalgique dans la mi-vingtaine, c’est un peu dommage... bien que lucratif ; le succès du projet en témoigne !

À noter, toutefois : quelques surprises, dont Le sommet, une toune qui réserve aux mélomanes un petit punch à la M. Night Shyamalan (oui, oui).« Enfin ! », lancèrent toutes les radios commerciales. Toutes.

Malgré ma déprime accompagnant La route, je leur concède que c’est un disque admirablement conçu pour les stations FM du Québec. À défaut d’avoir pris un risque, et bien que trop lisse à mon goût, 2Frères se fera entendre à nouveau. Tant mieux pour eux.

Maroon 5 - Red Pill Blues

★★ ½

Photo courtoisie

En résumé : la pochette fait très « faisons référence à Snapchat pour séduire les jeunes ». Le titre du LP, lui, fait davantage écho à la mouvance masculiniste du moment qu’à la fameuse scène de The Matrix. L’œuvre, elle, semble avoir été enregistrée tout de suite après avoir écouté Starboy de The Weeknd. Bref, le collectif est cruellement à la remorque de son époque. Mince consolation, son tournant pop R&B est plus satisfaisant que ses deux albums précédents.

Buffy Sainte-Marie - Medicine Songs

★★★★

Photo courtoisie

Encore une fois, la chanteuse engagée crie n’en fait qu’à sa tête et c’est tant mieux. Plutôt que de faire paraître une nouvelle compilation de son immense discographie, la légende vivante réenregistre carrément ses plus grandes chansons politisées en plus d’en proposer deux nouvelles. Les novices pourront donc découvrir son œuvre alors que les fans, eux, seront surpris par la direction musicale de certaines refontes.

Shauit - Apu Peikussiaku

★★★

Photo courtoisie

Le chanteur innu québécois persiste, signe et livre finalement un LP, trois années après s’être introduit avec un maxi homonyme. Poursuivant dans un sillon bien à lui – une surprenante mixture de pièces folk et reggae en innu et français ! – Shauit y va d’un premier album unique, sympathique et qui annonce un artiste prometteur. Bémol à souligner toutefois : la production est beaucoup trop « pop » et lèchée pour le genre et la voix du bonhomme. À suivre de près, j’vous dis.

Coup de coeur


La Bronze - Nos corps infinis

★★★ ½

Photo courtoisie

Trois ans après son premier album homonyme explosif, La Bronze refait surface avec une offrande plus posée, sombre et vaporeuse. Bref, pour les amateurs de comparaisons : si, par exemple, La Bronze accompagnait à merveille du matériel de Laurence Nerbonne sur une liste d’écoute, Nos corps infinis, lui, s’harmonise davantage à du Christine & The Queens, voire Peter Peter. Bien que le LP s’essouffle en seconde partie, il demeure très satisfaisant. Si vous n’avez qu’une pièce à télécharger, optez pour Cratère !