/news/currentevents
Navigation

Méfait sur le monument à John A. Macdonald: la statue d’un ancien premier ministre vandalisée

John A. Macdonald est considéré comme une figure controversée au Canada

VANDALISME PLACE DU CANADA
Photo Agence QMI La statue de John A. Macdonald située au centre-ville de Montréal a été recouverte de peinture rouge vif dans la nuit de samedi à hier. Les auteurs du méfait ont revendiqué le geste dans un communiqué anonyme publié sur internet.

Coup d'oeil sur cet article

Une statue du tout premier premier ministre du Canada a été encore une fois la cible de vandales qui l’ont recouverte de peinture rouge dans la nuit de samedi à dimanche.

Le méfait aurait été commis au petit matin selon une vidéo mise en ligne par un groupe anonyme, qui a revendiqué les dommages à l’imposante statue de John A. Macdonald située sur la Place du Canada au centre-ville de Montréal.

Dans un communiqué accompagnant leur vidéo, ses auteurs s’identifient comme « une poignée d’antiracistes anticoloniaux ». John A. Macdonald serait, selon eux, « raciste ».

L’incident a été rapporté au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) en fin de matinée.

 

Pas la première fois

Cette statue a déjà été la cible de vandales à de nombreuses reprises, rappelle l’historien et journaliste Jean-François Nadeau.

« De tout temps, il y a eu des actions symboliques contre cette statue. Pendant les années 60, il y a eu plusieurs graffitis surtout parce que Macdonald peut être considéré comme un symbole du fédéralisme ou encore pour toutes sortes de raisons », explique-t-il.

La tête de la statue avait été sciée en 1992 par des vandales pour le jour de l’anniversaire de la pendaison de Louis Riel, que l’ancien premier ministre avait refusé de gracier.

M. Nadeau rappelle aussi que le premier premier ministre est une figure très controversée de l’histoire du Canada.

« Il a entre autres soutenu des groupes plus ou moins racistes dans le sud des États-Unis. Tout cela est très bien connu », indique-t-il.

Anas Bouslikhane, Militant
Photo VINCENT LARIN
Anas Bouslikhane, Militant

 

Manifestation antiraciste

En août dernier, un syndicat de professeurs de l’Ontario a notamment demandé que le nom de Macdonald soit retiré des écoles primaires de la province.

Les vandales affirment ne pas être affiliés avec les organisateurs de la Grande Manifestation contre la haine et le racisme qui s’est tenue dimanche après-midi dans les rues de Montréal.

Un porte-parole de la manifestation, Anas Bouslikhane, affirme aussi que les milliers de manifestants qui se sont rassemblés dimanche au centre-ville n’ont rien à voir avec cet acte de vandalisme.

« Je crois qu’une figure historique de la création du Canada qui a participé activement à un génocide, c’est effectivement quelque chose de raciste, et être contre le raciste c’est être contre les actes [de Macdonald] », a tout de même affirmé le militant membre de Solidarité sans frontières.

Plus de 170 groupes s’étaient rassemblés pour s’opposer à la xénophobie et aux groupes d’extrême droite.

Enquête

La police de Montréal a indiqué dimanche qu’aucun suspect n’était encore dans la mire de ses policiers.

Une enquête permettra de savoir si les auteurs du méfait ont été filmés par des caméras de surveillance installées dans le secteur.

- Avec l’Agence QMI

Qui est John A Macdonald?

VANDALISME PLACE DU CANADA
Photo courtoisie

 

  • Né en 1815 au Royaume-Uni, sa famille émigre au Canada en 1820
  • Considéré comme un des Pères fondateurs du Canada
  • Il est le premier ministre du pays
  • Démission en 1873 à la suite d'un scandale de pots-de-vin
  • Son visage apparaît sur les billets de 10$