/opinion/columnists
Navigation

Francisation des immigrants : échec

Coup d'oeil sur cet article

Mais n’avons-nous donc que des incompétents au ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion ? En découvrant dans La Presse d’hier que le test du ministère pour évaluer les connaissances en français des nouveaux arrivants est non seulement un échec mais une fraude, l’on comprend que tant d’entre eux se découragent et quittent les cours d’apprentissage du français.

Les professeurs de français, interdits par le ministère de parler aux journalistes, ont devant eux des gens incapables de comprendre des phrases telles que « comment ça va ? » ou d’écrire « Je voudrais un rendez-vous », alors qu’on les a classés dans un groupe avancé au-dessus de leur capacité. Cela résulte du fait qu’on les soumet à une évaluation en ligne, une mesure découlant des coupures de personnel. Or, remplir un questionnaire en ligne peut être fait par n’importe qui. Et à l’évidence, cela se vérifie.

Incurie

Cette incurie est à l’image de notre politique d’immigration alors que le premier ministre Couillard ne parle d’inclusion tout en en traitant d’intolérants ceux qui osent s’interroger sur l’incapacité ou le refus d’une partie importante des immigrants d’apprendre le français. Nous sommes fiers de notre loi 101, qui francise les enfants issus des communautés culturelles, mais nous devrions savoir qu’à l’avenir ces jeunes choisiront en plus grand nombre encore le cégep anglais.

J’ai traversé ma vie à aimer la langue française, à l’imposer et à la défendre chez nous et partout dans la francophonie. Je me suis insurgée contre l’anglicisation en France, un tic snobinard des branchés complexés devant les États-Unis qu’ils méprisent par ailleurs. Et cela bien avant l’avènement de Trump, l’unilingue anglais, au vocabulaire limité et à la parole vulgaire.

Mais l’indifférence actuelle des Québécois, qui parlent désormais les deux langues en même temps, et ce, sans s’en apercevoir, est une autre raison de découragement.

Les immigrants arrivés au Québec depuis la Révolution tranquille ont longtemps donné des leçons aux Québécois de souche en parlant un français standardisé, voire soutenu, de quoi nous complexer, nous les francophones.

Faux bilingues

Mais l’on n’arrête pas le progrès. Nous avons un premier ministre, Justin Trudeau, bilingue et biculturel, mais il faut souvent comprendre l’anglais pour décortiquer son français, un calque de l’anglais. Pour ne pas parler de Mélanie la jolie et de certains autres ministres anglophones qui estiment parler français, mais qui le baragouinent sans que cela nous importune.

Et que dire du nombre de ministres du gouvernement Couillard, qui usent d’un français parfois stupéfiant et souvent atterrant ? Avons-nous besoin de les nommer ?

La désorganisation des cours d’apprentissage du français, un moyen essentiel pour l’intégration des immigrants, présage de nouveaux conflits entre la majorité francophone et une partie des allophones dont il n’est pas erroné de croire qu’ils seront emportés dans le courant d’anglicisation généralisée. Entre-temps, au Québec certaines élites baissent les bras ou se propulsent dans le monde postnational, mondialisé, sans autre identité culturelle que de n’en pas avoir.