/opinion/columnists
Navigation

GND et le populisme de gauche

Coup d'oeil sur cet article

Saviez-vous que Gabriel Nadeau-Dubois mangeait souvent des cretons avec de la moutarde le matin ?

Moi non. Je l’ai appris la semaine dernière dans une entrevue diffusée à la radio de Radio-Canada.

Imaginez-vous donc que le député de Gouin aime aussi le vin rouge et commence de plus en plus à apprécier le barbecue.

Les cretons ça va, mais le vin rouge ?

Le « solidaire » est-il en train de s’embourgeoiser ?

La vérité c’est plutôt qu’il est embourgeoisé depuis très longtemps.

Ce qu’il est en train de devenir, c’est le roi des démagogues et du populisme.

Mais le populisme et la démagogie de gauche ça passe mieux, ça fait même BCBG.

MALHONNÊTETÉ INTELLECTUELLE

La malhonnêteté intellectuelle de GND n’a d’égal que la complaisance qu’il reçoit des médias comme Radio-Canada.

Son histoire de coquelicot blanc porté par-dessus le coquelicot rouge en est un bel exemple.

Il a beau essayer de nous expliquer que les deux ne sont pas en opposition, il n’y a que ses apôtres qui le croient.

Depuis le début de sa vie publique, Gabriel Nadeau-Dubois cherche à provoquer en jouant constamment sur les mots.

Quitte à insulter les militaires.

LE MIEUX VIVRE SELON GND

Mais la meilleure, c’est son récent tweet sur les impôts.

« Je suis convaincu qu’on fond, les gens ne veulent pas plus de baisses d’impôts. Ils veulent mieux vivre... » a-t-il écrit.

Ah bon ? Payer de gros impôts, c’est ça sa vision du « mieux-vivre » ?

Facile à dire pour un gars qui n’a jamais créé une cenne de richesse de sa vie et qui commence à payer des impôts pour vrai seulement depuis qu’il est député.

Mais la vérité n’est pas importante, le Québec bien pensant a décidé qu’il était la nouvelle star politique des progressistes. Alors que dans les faits, il n’est rien d’autre que le Bernie Sanders des pauvres...