/finance/business
Navigation

La Maison Simons: une entreprise de classe mondiale grâce au web

magasin simons
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Peter Simons veut faire de son entreprise une entreprise de classe mondiale grâce au web. Dès l’an prochain, le PDG de la Maison Simons veut être plus agressif sur le marché américain avec les ventes en ligne.

« L’année prochaine, fort probable, nous allons réaliser une poussée beaucoup plus importante sur le marché américain pour des raisons de rentabilité de toute l’infrastructure web », a-t-il déclaré mardi lors d’une activité organisée dans le cadre de la Journée informatique du Québec.

L’homme d’affaires, qui dirige la plus vieille entreprise familiale à capital privé au pays, veut accroître davantage sa présence sur le web.

« Ce n’est plus un choix, le web et les données forment la colonne vertébrale de tout notre système informatique. De plus en plus, on commence à réfléchir sur comment les atouts du web peuvent être ramenés dans nos lieux physiques afin d’améliorer la productivité, la compétence et l’expérience client dans nos magasins. »

À l’heure actuelle, plus de 95 % des ventes en ligne sont réalisées au Canada. L’entreprise vend tout de même plus de 5 M$ par année aux États-Unis, sans y mettre trop d’effort.

« L’idée est d’organiser notre site pour être capable de transiger à l’international et d’organiser la logistique pour expédier les commandes d’une manière efficace », a-t-il précisé au Journal.

Inéquité fiscale

Chaque fois qu’il en a l’occasion, M. Simons dénonce l’inéquité fiscale qui cause beaucoup de tort aux entreprises québécoises et profite aux entreprises étrangères. « Il faut que l’on discute comme société de la lenteur des gouvernements de s’adapter à la nouvelle économie. Rester silencieux est inacceptable pour moi », a-t-il ajouté.

La Maison Simons s’est engagée dans la course à l’intelligence artificielle avec la construction d’un centre de distribution robotisé de classe mondiale évalué à 150 M$ qu’elle prévoit réaliser.

« C’est la clé d’entrée pour tous nos projets et nos rêves que l’on veut accomplir comme entreprise, non seulement commercialement, mais aussi comme acteur économique dans la Ville de Québec. C’est beaucoup d’investissements dans la productivité », a ajouté l’homme d’affaires qui est applaudi chaleureusement partout où il passe.