/world/opinion/columnists
Navigation

Le Canada lorgne l’Asie du Sud-Est

Coup d'oeil sur cet article

En voyage aux Philippines, Justin Trudeau a discuté du renforcement des échanges commerciaux entre le Canada et les pays d’Asie du Sud-Est. L’Asie du Sud-Est est souvent perçue comme le nouvel eldorado qui dominera le monde après 2050.

Il y a beaucoup de pensées magiques dans cette affirmation. Néanmoins, le Canada a raison de cultiver davantage ses relations avec les pays d’Asie du Sud-Est, ne serait-ce que parce que les États-Unis deviennent des partenaires économiques de moins en moins fiables.

Commercer davantage avec les pays de l’Asie du Sud-Est comporte cependant un certain nombre de pièges.

1. Pourquoi l’Asie du Sud-Est est-elle si attrayante ?

Cette zone est au carrefour de la Chine, de l’Inde et de l’Australie. Elle regroupe 11 pays et plusieurs territoires. Plus de 600 millions de personnes y vivent. Si cette région formait un pays, elle serait la neuvième plus grande économie au monde. Riche en ressources naturelles, l’Asie du Sud-Est s’industrialise de plus en plus rapidement.

Le gouvernement chinois, entre autres par le biais des nombreuses communautés chinoises qui y habitent depuis des siècles, exerce une forte influence économique sur cette partie du monde.

2. Quelles sont les relations commerciales entre le Canada et l’Asie du Sud-Est ?

Les échanges entre le Canada et les pays de la région représentent environ 22 milliards de dollars.

Ces échanges font de ce groupe de pays (plus précisément de ceux de l’ASEAN), le sixième partenaire commercial du Canada. Le potentiel commercial avec ces pays est très grand.

3. Pourquoi renforcer les échanges avec ces pays ?

Au-delà des échanges commerciaux, un véritable bras de fer politique se joue dans la région. Il s’agit pour les démocraties d’y faire la promotion de la démocratie pour éviter, entre autres, que la Chine exerce encore plus d’influence sur ces pays.

Cependant, aucun des pays de la région ne constitue encore une réelle démocratie, bien que plusieurs aient fait des progrès notables en ce sens.

4. Quels sont les pièges des relations commerciales avec ces pays ?

Certains de ces pays sont aux prises avec un fondamentalisme religieux de plus en plus fort, comme en Indonésie ou au Brunei.

D’autres sont parfois contrôlés par des dictatures militaires, comme la Thaïlande ou la Birmanie. Certains sont communistes, comme au Vietnam. Quelques-uns subissent l’influence de mouvements nationalistes puissants, comme la Malaisie. Certains enfin, comme le Cambodge et le Laos, sont devenus des succursales de la Chine. Les pays de la région sont aussi pour la plupart extrêmement corrompus.

Ces problèmes sont autant d’obstacles au commerce qui ne peuvent pas être surmontés par de simples traités de libre-échange. Le Canada doit donc demeurer très vigilant dans ses échanges avec ces pays.

Pour ne pas se faire duper et pour ne pas importer chez lui des idéologies ou des comportements indésirables.