/sports/opinion/columnists
Navigation

Le début de l’ère Garde

Coup d'oeil sur cet article

La première fois que j’ai pris la mesure de la carrière d’entraîneur de Rémi Garde, c’était au moment où il a pris les rênes d’Aston Villa.

Comme je suis un téléspectateur du championnat anglais, j’avais un peu ignoré ses années à Lyon.

À Villa, il est arrivé dans une situation difficile et n’a pas été en mesure de sortir ce club du pétrin. Au final, il ne sera resté que pour 23 matchs en Angleterre.

Qu’à cela ne tienne, après cette aventure difficile, je suis persuadé qu’il veut prouver sa valeur. Personne n’aime rester sur un échec, Garde arrive sûrement à la barre de l’Impact avec une motivation accrue.

D’après ce que j’ai vu dans le championnat anglais, il semble que Garde soit un entraîneur qui veut jouer. J’entends par là que son équipe s’assure d’avoir la possession du ballon et s’affaire à créer beaucoup de mouvements sur le terrain.

Un vrai lifting

Pour évoluer dans son groupe, un joueur doit avoir une bonne qualité technique, une capacité à bien jouer avec le ballon.

Si Garde veut continuer dans cette veine, il faudra que l’Impact amène plusieurs nouveaux joueurs, que l’effectif reçoive un vrai lifting.

Sans l’ombre d’un doute, avant de s’engager avec l’Impact, Garde a passé en revue l’effectif du club. Il était au dernier match de l’équipe, le 22 octobre, mais il a sûrement regardé des vidéos de plusieurs autres matchs.

Est-ce que Garde va faire basculer le style du club ?

En ce sens, je souhaite que les discussions sur ses besoins sur sa vision à propos de l’Impact aient été discutées en détail. Dans la mesure du possible, l’Impact devrait lui donner tous les outils qu’il désire pour faire tourner le bateau.

Plan détaillé

Et quel montant est disponible pour son recrutement ? Ça aussi, c’est un détail important dans l’entente que Garde a signée avec le Bleu-blanc-noir. Un plan établi en détail au départ augmentera les chances de réussite.

Bref, plus l’entente est claire et précise, plus la relation risque de partir sur le bon pied.

En théorie, Rémi Garde est l’entraîneur le plus qualifié que l’Impact ait jamais engagé. Son passé d’entraîneur en Ligue 1 et en Premier League, en plus d’avoir connu une carrière de joueur de haut niveau, lui garantit déjà un certain respect au sein du vestiaire montréalais.

Juste cette réalité nous porte à croire qu’il est en mesure d’amener le XI montréalais plus loin qu’il n’ait jamais été.

Bête différente

D’un point de vue stratégique, il devra implanter un nouveau système de jeu, une nouvelle approche sportive. Il doit aussi se familiariser avec les particularités de la MLS. Comme il a lui-même rappelé, dans toutes les ligues du monde, le soccer se joue à onze, mais le circuit Garber est une bête différente qui demande plusieurs petits ajustements.

Malgré tout, le plus important pour Garde restera de rassembler les joueurs derrière son projet. Est-il en mesure d’insuffler une confiance, de les convaincre qu’ils peuvent avoir du succès avec ses idées ? C’est probablement le plus gros défi de tout nouvel entraîneur et Garde n’y échappe pas.

Sur papier, le choix du Français demeure une excellente affaire pour le Bleu-blanc-noir. À partir d’aujourd’hui, il faut que ce choix se transpose de la planche à dessin au terrain.