/opinion/blogs/columnists
Navigation

Requiem pour une langue de moins en moins officielle

Requiem pour une langue de moins en moins officielle
PHOTO AGENCE QMI, JOEL LEMAY

Coup d'oeil sur cet article

Requiem : «prière pour les morts; messe pour un défunt» (Larousse).

À voir aller le sort qu’on réserve à la langue française entre autres dans la sélection des juges de la Cour suprême du Canada, ça sent en effet le requiem à plein nez.

Le français est pourtant une des «deux langues officielles» de la fédération canadienne et la Cour suprême, son ultime tribunal de dernier appel.

Le 25 octobre dernier, cela n’a pas empêché le projet de loi C-203 du député néo-démocrate François Choquette (Loi modifiant la Loi sur la Cour suprême visant à exiger des juges de la CS qu’ils puissent entendre des causes dans les deux langues officielles), d’être défait à la Chambre des communes dans un vote de 224 contre 65.

Parmi les 224, on comptait le premier ministre libéral Justin Trudeau dont le père, le défunt ex-premier ministre Pierre Elliott Trudeau, était lui-même l’architecte de la Loi sur les langues officielles.

En campagne électorale, les libéraux de Justin Trudeau s’étaient pourtant engagés à veiller «en outre au bilinguisme fonctionnel de tous les juges nommés». Ah, comme la mémoire oublie vite.

Comme prétexte à leur volte-face, les libéraux se sont cachés derrière la nécessité, disent-ils, d’une modification constitutionnelle qu’ils ne veulent pas négocier de toute manière.

Autre prétexte : obliger les juges de la Cour suprême à comprendre les deux langues pourrait éventuellement empêcher la nomination d’une ou d’un juge autochtone qui ne parlerait pas le français. Ah bon?

Traduction : ce n’est donc pas tant le bilinguisme anglais-français auquel ce vote tourne le dos que la nécessité elle-même de comprendre le FRANÇAIS.

En cela, le français est de moins en moins une langue officielle et de plus en plus, une langue officieuse...

Dans ce débat surréaliste, mais qui en dit très long sur la marginalisation croissante du français dans les grandes institutions canadiennes, même le député néo-démocrate Roméo Saganash s’est mis de la partie.

En entrevue au Devoir, son argument contre l’exigence de la connaissance du français étant le suivant : «La capacité de parler plusieurs langues, c’est bien, il y a du mérite là-dedans, mais avec ce projet de loi, on ne parle que de l’anglais et du français. Pourquoi ne parle-t-on pas des langues autochtones, qui existent depuis 5000, 7000, 10 0000 ans ? On perpétue avec ce projet de loi le colonialisme. (...) Il faut repenser notre État en fonction du fait que ce ne sont pas juste les Anglais et les Français qui vivent ici. Il y avait des gens avant. C’est ça que je veux dire quand je parle de perpétuer le colonialisme avec le projet de loi de François Choquette.»

Même dans la fonction publique, M. Saganash croi aussi que «le bilinguisme dans la conception de la fonction publique exclut le fait que tu parles anglais et mohawk. Ce n’est pas considéré comme du bilinguisme. C’est ça, mon problème. C’est juste anglais et français. Si le fonctionnaire au ministère du Transport parle l’anglais et le cri et un peu d’innu [...], pourquoi on l’exclut de cette possibilité d’avoir un salaire plus élevé alors que la personne qui parle anglais et français a un salaire plus élevé que les autres ?»

Le sujet est complexe, mais combien révélateur de cette langue française qui, au Canada, vacille de plus en plus dans l’espace public.

On peut certes comprendre la colère justifiée de nombreux Autochtones face au colonialisme canadien dont ils ont réellement souffert depuis des siècles. Or, ce n’est pas en s’en prenant au statut déjà fragile du français au Canada – une langue, rappelons-le, de plus en plus minoritaire au pays -, que M. Saganash, entre autres, se gagnera des alliés.

Qui plus est, si l’on doit parler en termes de «colonialisme», les Québécois et les francophones hors Québec en ont aussi déjà souffert et longtemps. Refuser ainsi de reconnaître le caractère «officiel» de la langue française au Canada nie cette autre réalité de l’histoire canadienne.

Cela dit, cet épisode du projet de loi C-203 de même que les sorties de Roméo Saganash contre l’exigence d’un français tout au moins «fonctionnel» pour les juges de la Cour suprême, nous dit quelque chose d’indéniable sur le Canada actuel.

Soit que le français y est de moins en moins essentiel. Et ce, même pour occuper certaines des plus hautes fonctions publiques au pays.

Pendant ce temps-là, au Québec, on continue d’exiger d’être «full» bilingue pour des jobines au salaire minimum. Cherchez l’erreur...