/24m
Navigation

Technologie vestimentaire: ces chaussettes sales qui ne puent pas

Ces chaussettes ne sentent toujours pas après huit jours d'utilisation...
Photo Louis-Philippe Messier Ces chaussettes ne sentent toujours pas après huit jours d'utilisation...

Coup d'oeil sur cet article

Si vos chaussettes ne sentent jamais mauvais et ne se chargent pas d’humidité, en changez-vous quand même ? Vous serez bientôt confrontés à cette question existentielle. La technologie vestimentaire anti-odeur progresse rapidement. Accusez-moi de pessimisme, mais je gage que la majorité va se contenter de l’illusion du propre et garder ses bas sales pendant plusieurs jours.

Aveu : je suis un névrosé de la chaussette. L’hiver, typiquement, j’en trimballe une paire propre dans mon sac. Au milieu de la journée, j’ôte celle du matin. Je mets celle, sèche et agréable, qui dure jusqu’au retour à la maison. Alors, comble de la félicité casanière, pour goûter le confort du foyer, j’enfile une troisième paire.

Ma bête noire, c’est l’humidité, les pieds mouillés.

Zéro gonzo

Aux fins de l’actuelle chronique, je porte la même paire de chaussettes haut de gamme anti-odeur depuis huit jours (sauf chez moi). Cette expérience, j’en ai conscience, c’est le degré zéro du journalisme immersif dit « gonzo » : moins aventureux qu’une promenade sans manteau dans le grand froid ou troublant que l’exploration critique d’un club échangiste, mais le sujet détonne par son universalité.

C’est un cliché médiatique apparu ces dernières années : le reportage de linge sale qui ne pue pas. Même le magazine Forbes (qui se veut prestigieux) a sa chroniqueuse qui se décrit dans l’acte de humer ses chaussettes sales pendant une semaine en s’émerveillant de ne rien sentir (sauf vers la fin). Elle encourage les gens d’affaires de Wall Street à s’en procurer. C’est ce que je vous recommande aussi. Évidemment.

Utopie

Les habits de performance conçus pour l’explorateur polaire, le randonneur extrême et l’athlète de haute volée ont généré des technologies qui se « démocratisent » et « ruissellent vers le bas » jusqu’à nous. Nos vêtements de tous les jours s’étoffent ainsi de qualités jadis inimaginables comme l’inodorité. Pour environ 25 $ la paire, vous avez des chaussettes anti-odeur, souvent en laine Mérino. Plusieurs marques se valent, ai-je l’impression. Forbes recommande Ministry of Supply, la boutique des pèlerins La Tienda (à Verdun) offre des Icebreaker et la boutique Le Marcheur (sur le Plateau) m’a vendu des Smartwool (que j’ai aux pieds). Espérons que le magazine Protégez-Vous consacrera une étude à ce sujet ?

Le futurologue de 1950 fantasmant des années 2000 n’osait guère en rêver. La voiture volante tarde à se réaliser, mais l’humain du futur bénéficie d’une technologie fabuleuse qui lui permet de ne pas changer ses bas sales pendant plusieurs jours. On concrétise l’utopie qu’on peut.