/misc
Navigation

[VIDÉO] Quand Manon Massé propose (par erreur) des «cours sexuels»

Voici la Zone Assnat, un compte rendu des meilleurs moments du jour survenus à l'Assemblée nationale...

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé.
Photo Simon Clark/Agence QMI La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé.

Coup d'oeil sur cet article

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a éprouvé quelques petits problèmes de traduction lors d’un point de presse, mardi, à l’Assemblée nationale...

Alors qu’elle présentait le plan solidaire pour lutter contre les violences sexuelles, elle a eu à répondre à quelques questions des journalistes anglophones ce qui lui a donné un peu de fil à retordre en plus de laisser place à un moment particulièrement cocasse:

 

Manon Massé : In my plan that I propose this morning, I ask for two things : in the elementary and high schools, to have this «cours d'éducation à la sexualité»...
Maya Johnson (journaliste): Sex ed courses.
Manon Massé : Sexual courses, to have sexual courses...
Maya Johnson : Sexual education.
Manon Massé : Sorry?
Maya Johnson : Sexual education courses.
Manon Massé : Education.
Maya Johnson : Il faut faire la précision.
Manon Massé : Courses, yes. Oh! I'm sorry.
Des voix : Ha, ha, ha!
Mme Massé : That... Oui, yes. So sexual education for the elementary and high schools, but we need to have a big campaign for a couple of years to explain what is the rape culture, to explain the impact on women, this culture.

Une attaque au... trombone!

Pour sa part, le député péquiste Alexandre Cloutier n’a pas pu retenir son rire en point de presse, après avoir été la cible d’une attaque... au trombone!

 

L’inconduite parlementaire du jour

Le premier ministre Philippe Couillard a dû retirer ses déclarations en chambre à propos de son adversaire François Legault qu’il a accusé de dire des «faussetés» et des «demi-vérités».

Philippe Couillard :Encore une demi-vérité. Puis je suis poli, parce que je veux rester parlementaire, M. le Président. [...] Ce qu'il dit est faux, comme d'habitude, d'ailleurs. C'est son habitude de dire des faussetés dans cette...

Le Président : Oh! Vous étiez parti avec de bonnes intentions de demeurer dans un langage parlementaire. Je vais vous demander de retirer vos derniers propos, M. le premier ministre.

M. Couillard : Retirés, M. le Président. Maintenant, ce que je vais répéter, c'est que c'est l'habitude du chef de la deuxième opposition, il dit des demi-vérités, il dit facilement des paroles simples, qui ont l'air faciles. Le problème avec ce qu'il dit, depuis 20 ans, depuis 20 ans...c'est dès qu'il dit quelque chose, le lendemain, il change d'idée. Dès qu'on regarde ce qu'il dit, ça ne marche pas, M. le Président.

Le Président : On fait attention à ses propos. M. le chef du deuxième groupe d'opposition, c'est à vous, en deuxième complémentaire.

La réplique du jour:

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé.
Photo Simon Clark/Agence QMI

 

La réponse «incompréhensible» du jour

Alors qu’il interpellait la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, en chambre concernant la possible compensation financière des stages des étudiants en enseignement, Alexandre Cloutier a dû se contenter d’une réponse qu’il a jugé incompréhensible...

Voici l'intégral de la dite réponse:

«M. le Président, est-ce que je peux remercier le député de Lac-Saint-Jean de ce très grand intérêt... j'ai le droit de le remercier pour ce très grand intérêt pour les étudiants de l'éducation, parce que, savez-vous quoi, depuis deux ans au moins, tout ce qu'on entend par rapport aux étudiants en éducation, qu'est-ce que c'est : ils ne savent pas écrire leur français, ça vient de partout, ils sont mauvais, on les admet avec des mauvaises cotes R. J'ai tout entendu ça. Ça me fait un immense chagrin. Pourquoi ça me fait un chagrin? Parce que... ça fait comme 30 ans que je suis dans ce milieu-là, ça fait des années que je m'intéresse à la faculté des sciences de l'éducation, à ces étudiants extraordinaires, dévoués, qui ont décidé de passer leur vie professionnelle, pour quoi, pour l'éducation de nos enfants. C'est extraordinaire. Je salue le député de Lac-Saint-Jean de s'intéresser à cette question-là, mais peut-être de s'intéresser aussi à la qualité de ces étudiants-là en amont du stage IV. Ça, c'est la première des choses.

La deuxième des choses, et il le sait très bien, il le sait très, très bien, si on parle de stage en éducation avec les critères qu'il nous soumet, la responsabilité dans le stage... parlons-en des responsabilités en stage, dans tous les domaines...»

 

 

L’«excuse» ironique du jour

Alors qu’il était questionné par le député caquiste Benoit Charette qui reprenait au bond une question de son collègue péquiste Martin Ouellet au sujet de la construction du Réseau électrique métropolitain (REM) le nouveau ministre des Transports, André Fortin, a tenu à s’excuser au Salon bleu...

Le ministre des Transports, André Fortin.
Photo Simon Clark/Agence QMI
Le ministre des Transports, André Fortin.

 

«Merci, M. le Président. Je tiens à m'excuser, M. le Président, je pensais que j'avais été clair dans la réponse au député de René-Lévesque. Il me semblait que j'avais dit que lorsque... lorsque le projet serait livré, le moment auquel le projet serait livré serait celui sur lequel on s'était initialement entendus.»