/misc
Navigation

Anthopoulos a rebondi

Cody Bellinger, des Dodgers, a frappé 39 circuits cette saison.
Photo d’archives Cody Bellinger, des Dodgers, a frappé 39 circuits cette saison.

Coup d'oeil sur cet article

Le ciel de novembre est souvent couvert de nuages avec à l’occasion des percées de soleil.

Les Braves d’Atlanta ont souvent ennuagé le ciel québécois avec leurs victoires contre les Expos. Cette semaine, les Braves ont ensoleillé le cœur des Montréalais en choisissant Alex Anthopoulos pour occuper les postes de vice-président des opérations baseball et de directeur général.

Pourquoi a-t-il quitté les Blue Jays ? Ce n’est pas compliqué.

Chez les Jays, on lui avait enlevé les pouvoirs décisionnels. Chez les Braves, on les lui a donnés. Il se rapporte directement au propriétaire.

Alex Anthopoulos a rebondi ! Espérons qu’un jour, il sera à la tête d’une formation montréalaise.

L’année des frappeurs

Aujourd’hui, je vous dis 6105 fois « Bonsoir, elle est partie ! »

Les frappeurs de coups de circuit du baseball majeur nous ont fait vivre des moments remarquables alors qu’ils ont frappé le nombre record de 6105 longues balles en 2017. Remarquez bien qu’un duel de lanceurs est aussi excitant.

La beauté de ce record de coups de circuit, c’est la performance de deux jeunes joueurs recrues qui ont établi de nouvelles marques pour le nombre de circuits dans une saison.

Dans la Ligue nationale, Cody Bellinger, des Dodgers, a établi la marque avec 39 coups de circuit et il a produit 97 points. Dans la Ligue américaine, la première moitié de saison a gravité autour d’Aaron Judge, des Yankees, qui frappait des coups de circuit à profusion.

Pour la première fois depuis fort longtemps, le match des étoiles était centré sur le concours de coups de circuit. Les étoiles étaient les frappeurs Giancarlo Stanton et Judge. Encore une fois, le grand gagnant a été la recrue par excellence, Judge.

Les séries d’après-saison ont été tellement excitantes. Continuellement, il y a eu des revirements à nous faire frissonner. À l’occasion, les lanceurs partants ont été dominants, mais plus souvent qu’autrement, les frappeurs ont été électrisants. La Série mondiale 2017 a été sans aucun doute l’une des plus excitantes de l’histoire.

Alex Anthopoulos, DG des Braves
Photo d'archives
Alex Anthopoulos, DG des Braves

 

Hiver chargé

Le directeur général des Blue Jays de Toronto, Ross Atkins, a tout un hiver qui l’attend. Il doit ajouter un lanceur partant ainsi qu’un lanceur de relève à la formation. L’an dernier, le poste de deuxième but était aussi comme une porte tournante.

Ross Atkins doit aussi trouver un successeur à Jose Bautista comme voltigeur de droite.

Et on oublie souvent le rôle que le receveur auxiliaire joue au sein de la formation. Ross Atkins doit absolument trouver un digne receveur qui peut avoir une fiche supérieure à ,500 dans ce rôle.

Les Jays doivent s’améliorer, sinon les Red Sox et les Yankees les domineront facilement.

Baseball Québec

Baseball Québec a intronisé les trois nouveaux membres au Temple de la renommée du baseball québécois RDS : John Elias, Michel Landry et Marc Griffin, qui rejoignent ainsi les 70 membres intronisés au cours des 17 dernières années.

Le lanceur montréalais John Elias a excellé dans le baseball professionnel, sans oublier ses années dans le baseball professionnel. L’ancien lanceur d’entraînement des Expos s’est impliqué dans le baseball au Québec.

Entre 1983 et 2001, Michel Landry a contribué au développement du baseball amateur québécois dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue de plusieurs manières.

Le dernier et non le moindre, le petit gars de Sainte-Foy Marc Griffin, a excellé comme joueur, et aujourd’hui, comme entraîneur et administrateur à baseball Québec. De plus, il accomplit un travail magistral comme analyste à RDS.

Ce fut un immense plaisir de partager mes opinions avec vous et j’espère avoir réussi à vous inciter à ne pas être toujours d’accord avec moi.