/news/society
Navigation

Le sommet de la pyramide est de plus en plus riche

2015 a été prospère pour le «1%» de Canadiens gagnant plus de 234 700$ par an

Coup d'oeil sur cet article

Ottawa | Cadres de grandes entreprises, financiers, médecins, joueurs de hockey... le « 1 % » des plus riches du Canada s’enrichit beaucoup plus vite que les 99 % des contribuables restants, démontre une nouvelle étude.

Le revenu du 1 % des Canadiens les plus fortunés a augmenté considérablement comparativement à celui du contribuable lambda en 2015, révèle une analyse de Statistique Canada publiée mercredi.

En moyenne, ses membres ont reçu une fulgurante augmentation de salaire de 12,2 % en un an seulement, pour gagner 529 600 $.

Cela, alors que les revenus de la population générale ont progressé d’à peine 2,6 % entre 2014 et 2015, passant d’un salaire moyen de 45 900 $ à 47 100 $.

Plus riches

Toutes les tranches de revenus ont connu une hausse cette année-là, mais le « 1 % » s’est accaparé une part encore plus importante du gâteau, à 11,2 % de tout l’argent gagné au pays (hausse de 1 point de pourcentage).

Cette bonne nouvelle pour les plus nantis de la société est la conséquence des 102 300 $ reçus, en moyenne, pour les dividendes d’entreprises (+ 35 %).

« Ça nous montre que quand les revenus des entreprises augmentent, elles ne vont pas réinvestir dans l’économie. On voit qu’elles vont plutôt les verser à leurs actionnaires », remarque Julia Posca, chercheuse à l’Institut de recherche socioéconomique (IRIS).

Même s’il demeure très majoritairement masculin, le « 1 % » a compté une « proportion record » de 23,2 % de femmes en 2015.

Moins à Montréal

Par contre, peu de Montréalais y ont fait leur entrée. Seuls 250 d’entre eux se sont rajoutés aux 27 490 membres du « 1 % ».

Les provinces de l’Ontario (4000 nouveaux très riches) et la Colombie-Britannique (1635 nouveaux très riches) ont vu l’essentiel de la croissance.

La diminution du poids du Québec dans ce palmarès inquiète Alexandre Moreau, de l’Institut économique de Montréal

« Ces gens paient beaucoup d’impôt. Sans eux, les plus faibles revenus devront payer plus cher leurs services publics », dit-il.

Pour faire partie du club des 1 % du Canada, il fallait avoir gagné 234 700 $ en 2015.

 

Nombre de citoyens faisant partie du « 1 % » des plus riches au Canada

  • Montréal: 27 740 (hausse de 250)
  • Ottawa–Gatineau: 9265 (hausse de 120)
  • Reste du Québec: 13 250 (hausse de 145)
  • Toronto: 69 155 (hausse de 1660)
  • Edmonton: 16 075 (hausse de 395)
  • Vancouver: 21 790 (hausse de 1380)
  • Région de Fort McMurray: 3130 (baisse de 2330)
  • Calgary: 33 705 (baisse de 785)
  • Canada : 270 925 (hausse de 2420)
  • Québec : 40 990 (hausse de 395)

 

Qui fait partie du « 1 % » des salariés les plus riches ?

  • Ils vivent dans de grandes régions métropolitaines (à 83 %)
  • Ce sont majoritairement des hommes (à 76,8 %)
  • Ils détiennent un diplôme d’études universitaires (à 67,1 %*)
  • Ils résident en Ontario ou en Alberta (à 65 %)
  • Ils sont plus âgés (53 ans en moyenne, soit sept ans de plus que la moyenne des contribuables)

Source : Statistiques Canada « Les tendances du revenu élevé chez les déclarants canadiens, 2015 » *données fiscales de 2010