/news/politics
Navigation

Soirées organisées par Marc Bibeau: «C’est chose du passé», plaide Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard confirme avoir participé à au moins une soirée chez l’argentier Marc Bibeau, mais assure que ces pratiques sont révolues.
Photo Simon Clark Le premier ministre Philippe Couillard confirme avoir participé à au moins une soirée chez l’argentier Marc Bibeau, mais assure que ces pratiques sont révolues.

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Philippe Couillard confirme avoir participé à au moins une soirée chez l’argentier Marc Bibeau, mais assure que ces pratiques sont révolues.

«Cet événement-là, c'était un événement social, a affirmé Philippe Couillard au Salon bleu mercredi matin. Moi, j'y étais présent, et ce n'était rien d'autre que des rencontres entre les gens.»

Notre Bureau d’enquête révélait mercredi matin que le collecteur de fonds du Parti libéral du Québec, Marc Bibeau, a organisé chez lui au moins sept somptueuses réceptions, au début des années 2000, pour mettre en contact des élus libéraux et d’importants membres de la communauté d’affaires.

Sur la liste des invités des événements de 2003 et 2004, on retrouvait notamment Philippe Couillard, Julie Boulet, Lise Thériault et Geoffrey Kelley, qui siègent toujours au conseil des ministres. Du côté des gens d’affaires, les invités incluaient plusieurs patrons de firmes de génie-conseil, comme Dessau, Tecsult, Cima+, groupe SM et Genivar.

Autre époque

Philippe Couillard a défendu sa présence à la réception en soulignant que «tous les partis politiques de l'époque faisaient ça».

Pour appuyer ses dires, il a évoqué le scandale Oxygène 9 qui a ébranlé le gouvernement péquiste au début des années 2000. Le premier ministre s’est aussi attaqué à l’actuel chef de la CAQ en rappelant les 6 millions $ amassés par le Parti québécois à l’époque où François Legault dirigeait sa campagne de financement.

Acharnement

Les quelques ministres qui ont accepté de commenter les révélations de notre Bureau d’enquête ont également insisté sur l’évolution des pratiques de financement depuis le début des années 2000. «Moi je dis, globalement, tous partis confondus: autres temps, autres mœurs», a résumé le ministre Robert Poëti, qui a été élu pour une première fois en 2012.

Le président du Conseil du trésor, Pierre Arcand, lui, plaide que les événements remontent à près de 15 ans. «Je pense qu’il y a un peu d’acharnement dans ça, mais je ne peux pas empêcher les gens de faire leurs enquêtes», a-t-il ajouté, sans spécifier s’il visait les médias ou l’UPAC, qui s’intéresse aux liens entre Marc Bibeau et le gouvernement Charest.

Pour sa part, le député et ex-ministre Pierre Reid affirme que l’événement auquel il a participé chez Marc Bibeau était une simple «fête entre nous». «On avait réussi à gagner l’élection et on était heureux d’être ensemble», a-t-il commenté.

Les réactions au reportage

« Sincèrement, je ne me rappelle pas être allée à un tel événement. Je doute qu’il y ait eu un tel événement tous les ans » - Monique Jérôme-Forget

« Je n’ai pas de commentaires » - Julie Boulet

« Oui, j’y suis allé une ou deux fois, mais je ne me souviens pas quand. Ce n’était pas une activité de financement » - Geoffrey Kelly

« Oui [j’y suis allée], mais je n’étais pas ministre » - Lise Thériault

L’attaché de presse de Line Beauchamp ne peut confirmer ou infirmer sa présence à l’événement.

L’ex-ministre Michelle Courchesne dit n’être allée chez M. Bibeau qu’une fois. Elle se rappelle que des collègues y étaient et « qu’il faisait noir ».