/investigations/police
Navigation

Un autre contrat d’un demi-million $ à sa firme

Marc Bibeau
Photo d’archives Marc Bibeau

Coup d'oeil sur cet article

Même si Marc Bibeau est visé par une enquête de l’UPAC, le gouvernement pourrait donner à sa firme un contrat d’un demi-million $ pour l’aménagement de salles d’audience pour le ministère de la Justice à Saint-Hyacinthe.

L’entreprise Centre d’achats Beauward, dirigée par Bibeau, a été le plus bas soumissionnaire pour un appel d’offres dont le résultat a été publié le 27 octobre dernier. Beauward a soumis un prix de 563 426,15 $ pour un bail de cinq ans contre 575 390,87 $ pour le deuxième soumissionnaire, Les Constructions Robert Robin.

L’appel d’offres mené par la Société québécoise des infrastructures (SQI) prévoit au moins une salle d’audience, un bureau pour le juge, un autre pour les procureurs de la Couronne et une aire commune. Il n’y aura toutefois pas de comparution de personnes emprisonnées ou menottées dans ces locaux.

Des millions $ en contrats

La SQI indique que les soumissions sont en cours d’analyse et « que le contrat n’est pas octroyé ». Elle dispose de 45 jours pour terminer ce processus. À terme, elle peut octroyer le contrat au plus bas soumissionnaire ou retourner en appel d’offres si les soumissions ne sont pas retenues.

Il faut dire que Beauward détient des contrats de quelques millions de dollars avec des organismes gouvernementaux.

Seulement à Saint-Hyacinthe, l’entreprise a signé des baux avec la Société des alcools du Québec, la Société de l’assurance automobile, le Centre local d’emploi ou encore la Régie du logement du Québec.

En avril dernier, notre Bureau d’enquête avait révélé que l’UPAC a recensé 25 organismes gouvernementaux qui avaient des baux dans 10 emplacements de Centre d’achats Beauward.

La vérificatrice générale a par la suite été mandatée pour examiner les contrats gouvernementaux avec Bibeau, notamment leurs conditions d’octrois.

Sans commenter le dossier, l’entreprise a réagi par le biais de la firme Sphère communications.

« L’entreprise existe depuis plus de 50 ans, et en tout temps, elle a respecté rigoureusement les règles en vigueur et a l’intention de toujours le faire. »