/lifestyle/sexromance
Navigation

Des célibataires se racontent...

Être célibataire en 2017, qu’est-ce que ça signifie ? Comment ça se vit ?

group of young people in casual clothes
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Divorcée depuis 14 mois, veuf depuis 3 ans, jamais eu de partenaire sérieux, pas rendu là dans la vie.... Tous les célibataires ont leur histoire, elles sont toutes importantes puisqu’elles révèlent un vécu, des drames et des passions. Six célibataires, trois femmes et trois hommes, m’ont ouvert leur cœur et se sont racontés sans pudeur. C’est donc dans un coin de resto de banlieue que nous nous sommes donné rendez-vous pour jaser, voici ce qu’elles/ils ont eu envie de vous partager au sujet de leur sexualité...

Qu’on se rassure tout de suite, les participantes et participants avaient envie de partager leur vécu avec vous, un peu à la manière de discussions de salon entre amis ! Ces propos ne sont donc pas tirés d’entrevues de thérapie bien évidemment !

Afin de faciliter la discussion, des questions étaient lancées au fur et à mesure que le temps avançait. Voici quelques-unes de ces questions et certaines parties de réponses (les prénoms sont fictifs, à la demande de toutes et de tous !) :

Mathilde
group of young people in casual clothes
Illustration Fotolia

« J’avoue que depuis ma séparation à l’été 2016 je ne vis pas très bien mon célibat. Je pense qu’en 2017, ce qui est le plus difficile, c’est le jugement des autres. Au début, tout le monde comprend qu’on ne veut pas recommencer une relation tout de suite. Mais après plusieurs mois, la famille se questionne. Et surtout, les hommes se questionnent. Comment ça se fait qu’une femme de 37 ans, sans enfant, soit encore célibataire, ça doit être une folle finie ! »

Marc-André
group of young people in casual clothes
Illustration Fotolia

« Je n’ai que 23 ans et j’avoue que je ne suis pas rendu à me mettre en couple ! J’étudie à l’université, ça prend tout mon temps. Mes parents, chez qui j’habite encore — eh oui — ne me mettent tellement pas de pression. Ils savent exactement de quoi se composent mon quotidien et mes semaines. Je trouve que c’est la parenté la plus fatigante. Mes tantes ont bien hâte que je me trouve une blonde ! C’est ça qui est difficile, devoir négocier avec les propos des gens. Sinon, ma vie se porte très bien ! Je ne sais pas si c’est différent de ce qui se passait dans les années 90, mais moi je le vis très bien en 2017 ! »

Et le sexe dans tout ça ?

Pierre-Luc
group of young people in casual clothes
Illustration Fotolia

« Ma femme est morte il y a trois ans. On était super heureux ensemble. La sexualité n’occupait pas toute la place, mais jamais je ne m’en suis plaint. Ça m’a pris un gros deux ans avant de ne plus me sentir coupable de faire l’amour avec d’autres femmes. J’avais même de la misère à avoir des érections, je ne me donnais pas le droit d’être bien sexuellement, c’est fou. Mais maintenant, ça va très bien. J’ai une sexualité enivrante. Par contre, je dois dire que comme Jérôme, c’est pas facile de trouver quelqu’un avec qui on peut vivre une histoire qui dure. Je ne sais pas si c’est juste un hasard, mais il me semble que toutes les femmes que j’ai rencontrées dernièrement ne voulaient pas s’engager... »

Léa
group of young people in casual clothes
Illustration Fotolia

« Je suis célibataire depuis huit ans ! Les premières années étaient des années de jeûne, je sortais d’une relation particulièrement toxique. Je n’avais ni désir sexuel ni envie de rencontres, je me suis donc concentrée sur mon boulot. Mais depuis quatre ans, je sors et je m’amuse. Je n’avais pas envie de relation stable jusqu’à il y a cinq mois, je pense que je tombe doucement en amour cette fois-ci ! J’ai un peu peur, peur de perdre ma liberté parce qu’il faut avouer que j’ai vraiment découvert une sexualité épanouissante grâce à deux ou trois hommes au cours des dernières années ! Il faudra que je dise bye-bye à cela si je veux construire avec lui ! »

Francine
group of young people in casual clothes
Illustration Fotolia

« Ma sexualité de célibataire me convient très bien ! J’ai découvert les joies de la masturbation et, grâce à cela, également les joies de l’orgasme. Eh oui, j’ai eu mon premier orgasme à 43 ans, avec une date rencontrée dans un bar ! Il savait exactement quoi faire ! Je n’en ai pas rencontré d’autres comme lui. Bref maintenant, je fais comme Jérôme, je butine. Je n’aurais jamais pensé dire ça à 52 ans et après être restée mariée durant presque 26 ans. Mais c’est bon. J’aime ma liberté, j’aime pouvoir dire oui ou non à un homme, j’aime embrasser des hommes différents. Par contre, si je suis bien franche, j’avoue que ça me manque de me coller un mardi soir en écoutant un film avec l’homme que j’aime.

Il viendra, sûrement... »

Jérôme
group of young people in casual clothes
Illustration Fotolia

« Honnêtement, c’est pas toujours évident ! Trouver des filles pour une histoire d’un soir c’est facile. Mais quand tu veux du sérieux, ça devient plus compliqué. C’est sûr qu’avec l’âge je suis plus exigeant ! J’ai eu plusieurs relations “rock and roll” si vous me permettez l’expression ! Je n’ai vraiment plus envie de ça. Alors que disons que ces temps-ci, je butine ! »


Chacune de ces histoires était touchante et tous les participants se sont mutuellement remerciés pour cette belle rencontre, se disant très rassurés d’avoir partagé une réalité somme toute pas si différente l’une de l’autre... Et vous, quelle est votre histoire ?