/news/society
Navigation

Ils achètent une usine 2 M$, mais elle fonctionne au ralenti faute de soudeurs

Pénurie de main-d'oeuvre
Photo Stéphanie Gendron Les Industries Desjardins ont besoin de soudeurs pour fabriquer des réservoirs destinés à l’entreposage de produits pétroliers.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-ALEXANDRE-DE-KAMOURASKA | Des entrepreneurs qui ont acheté et rénové une usine au coût de 2 M$ ne peuvent pas la faire fonctionner au maximum de sa capacité en raison d’une pénurie majeure de soudeurs.

Le copropriétaire des Industries Desjardins, Denis Montminy, croyait faire une bonne affaire en achetant une deuxième usine à Saint-Alexandre-de-Kamouraska. L’homme d’affaires possède une autre usine dans le Bas-Saint-Laurent qui fabrique des réservoirs pour l’entreposage de produits pétroliers.

Or, sa nouvelle usine fonctionne à moins de la moitié de sa capacité en raison d’un manque de soudeurs pour travailler sur la chaîne de production.

L’entreprise, qui emploie une cinquantaine de personnes, aurait besoin d’au moins 10 employés de plus pour fonctionner à plein rendement.

Les Industries Desjardins a même dû dire non à plusieurs commandes l’été dernier, des contrats qui se seraient pourtant chiffrés à près d’un million de dollars de retombées.

Une usine pour attirer

L’usine fait justement partie des nouvelles façons de faire de l’entreprise pour attirer de la main-d’œuvre.

« On veut attirer la main-d’œuvre en créant un espace de travail plus alléchant, un bel espace plus grand, étant donné que l’on était à l’étroit », dit le président et copropriétaire Denis Montminy.

Denis Montminy, <i>copropriétaire</i>
Photo Stéphanie Gendron
Denis Montminy, copropriétaire

Les Industries Desjardins a d’ailleurs les moyens et l’espace pour agrandir sa chambre de peinture, un investissement estimé à plus de 1 M$, mais hésite maintenant à aller de l’avant.

« On est rendus tellement vulnérables. On en parle beaucoup entre entrepreneurs et le problème est partout pareil », ajoute Denis Montminy.

Au Bas-Saint-Laurent seulement, il manquerait environ 500 soudeurs.

Le président dit concurrencer les salaires offerts sur le marché pour des entreprises similaires, sans toutefois pouvoir aller jusqu’aux salaires des grosses entreprises nord-américaines, comme la Davie ou Bombardier.

Pour des raisons de confidentialité, l’homme d’affaires souhaite toutefois ne pas mentionner le salaire horaire offert à ses employés.

Le salaire d’un soudeur au Québec varie de 15 $ à 30 $ l’heure, selon Emploi-Québec.

Stratégies pour contrer la pénurie

  • Choisir les meilleurs contrats et les meilleurs clients
  • Robotiser l’usine pour limiter les besoins de travailleurs
  • Faire parler de nous dans un plan de visibilité
  • Créer un espace de travail agréable