/weekend
Navigation

Remettre sa vie en question

Remettre sa vie en question
Photo courtoisie, Magali Cancel

Coup d'oeil sur cet article

Ce sont dix comédiens qui prendront place dans les prochains jours sur la scène principale du Prospero afin de porter le verbe du dramaturge russe Ivan Viripaev. Le temps d’une nuit, les personnages remettront leur vie en question, alors qu’ils sont tous sous l’influence de l’alcool.

L’auteur qui s’est fait connaître avec ses pièces Illusions et Oxygène, toutes deux présentées au Prospero, reprend la parole pour présenter cette fois la pièce Les enivrés. « C’est un auteur qui gagne à être connu », affirme le comédien Maxime Denommée.

Le texte de la pièce a fait l’objet d’une lecture l’année dernière. Le metteur en scène Florent Siaud et la directrice artistique du Prospero, Carmen Jolin, ainsi que les comédiens, sont tous tombés sous le charme. Si bien, qu’on a voulu monter la pièce, même s’il fallait dix comédiens pour rendre le texte du dramaturge. On arrive­­­ rarement à se permettre une distribution si imposante sur la scène du théâtre de la rue Ontario. « On était tous prêts à se serrer la ceinture afin que la pièce puisse voir le jour », confie Maxime Denommée­­­, qui interprète un homme qui enterre sa vie de garçon. Son mariage a lieu le lendemain et on comprendra qu’il n’en a plus envie. « La pièce s’amorcera alors que tous les personnages sont ivres », annonce l’acteur.

À la croisée des chemins

L’action, qui se déroule en une seule nuit, est présentée sous forme de tableaux, chacun composé de quelques acteurs. « Les personnages se retrouvent à la croisée des chemins et ils sont en remise en question », révèle­­­ Maxime Denommée. « Ils souhaitent changer de vie. »

Ainsi, certaines unions sont remises en question. Comme ils sont tous ivres, les langues se délient et ils avoueront même leurs infidélités. « Certains personnages vivent de grandes souffrances », ajoute-t-il.

Questions existentielles

Ce sont des questions existentielles et des sujets philosophiques qui seront abordés tout au long de la pièce. La plupart des thèmes tournent autour de l’amour et du rapport aux autres.

« C’est un peu une nuit magique, où tout est possible », souligne le comédien. « On parle également de Dieu, de croyance et de quête spirituelle »

Dans cette quête de sens, on abordera les difficultés de la vie, tout en préservant une certaine forme d’humour.

« Le plus grand défi de ce rôle est sans doute d’avoir à feindre l’ivresse », fait remarquer l’acteur.

On retrouvera Maxime Denommée au Théâtre Duceppe en février prochain dans la pièce de Michel Marc Bouchard, Le chemin des passes-dangereuses. Entre-temps, il prendra part à une tournée nationale de Moncton à Vancouver pour 36 représentations de la pièce Des arbres, où il donnera la réplique à Éveline Gélinas en remplacement de Sophie Cadieux. On suit également le comédien au petit écran dans la série O’ à TVA.

Les enivrés

♦Auteur : Ivan Viripaev

♦Mise en scène : Florent Siaud

♦Distribution : Paul Ahmarani, David Boutin, Maxime Denommée, Benoit Drouin-Germain, Maxim Gaudette, Marie-Pier Labrecque, Marie-France Lambert, Marie-Eve Pelletier­­­, Dominique Quesnel et Évelyne Rompré

♦Du 21 novembre au 16 décembre

♦Au Théâtre Prospero (salle principale)