/news/currentevents
Navigation

Allégations d’agressions sexuelles: un recours collectif est demandé contre la congrégation des Servites de Marie

Coup d'oeil sur cet article

Une autre histoire d'agressions sexuelles alléguées impliquant un prêtre vient éclabousser une institution d'enseignement privée de la région de l’Estrie.

Cette fois-ci, c'est l'ancien Collège Notre-Dame des Servites d'Ayer's Cliff, un village situé au sud du lac Massawippi, qui est visé par une demande d'autorisation afin d'intenter un recours collectif.

Le père Jacques Desgrandchamps, qui est toujours vivant, aurait infligé des sévices sexuels à un garçon âgé entre 12 et 14 ans au moment des faits allégués.

Le requérant dans l’action collective, un homme de 57 ans, a fréquenté le Collège Notre-Dame-des-Servites de 1973 à 1975. À l'époque, l'établissement était un pensionnat pour garçons dirigé par les religieux des Servites de Marie.

Enseignant d'histoire, le père Jacques Desgrandchamps aurait agressé l'adolescent plusieurs fois par semaine.

Dans la requête, il est question de fellations et d'une tentative de sodomie survenues dans la chambre privée du père Desgrandchamps où la présumée victime allait fréquemment passer ses nuits. Le religieux lui aurait même fait consommer de l'alcool avant les agressions.

C'est la condamnation de l'ancien prêtre Jean-Paul Thibault des frères Notre-Dame-de-la-Miséricorde en mars 2016 qui a incité le plaignant à briser le silence sur les agressions qu'il aurait subies.

Les pères de la congrégation des Servites de Marie n'ont plus aucune implication dans l'institution d'enseignement devenue laïque en 2007. L'école accueille une clientèle mixte depuis 2013 et s'appelle maintenant le Collège Servite.

Le père Desgrandchamps a aujourd'hui 85 ans et est prêtre-célébrant à l'église Saint-Antoine de Padoue, à Ottawa.

Dans la requête signifiée vendredi dernier, les avocats du cabinet Kugler Kandestin demandent que les Servites de Marie de Québec, les Servites de Marie et le Collège Servite (autrefois connu comme le Collège Notre-Dame des Servites), soient condamnés à payer au requérant, des dommages pécuniaires ainsi que des dommages punitifs et exemplaires totalisant 1,95 million $.

Le père Jacques Desgrandchamps a commencé à enseigner au Collège Notre-Dame des Servites en 1967.

«Si vous ou une personne que vous connaissez avez été victime d’agressions sexuelles de la part du père Jacques Desgrandchamps ou de tout autre religieux membre des Servites de Marie, vous pouvez communiquer avec nous afin que nous puissions vous informer de vos droits», mentionne le cabinet Kugler Kandestin sur son site internet.