/news/society
Navigation

Il met sa collection monstre d'objets musicaux en vente pour 1 million de dollars

Conrad Lafrance met tout en vente en passant par les petites annonces

Le collectionneur Conrad Lafrance
Photo Annie T. Roussel Le collectionneur Conrad Lafrance

Coup d'oeil sur cet article

Un septuagénaire de Québec a décidé de passer par les petites annonces pour mettre en vente sa collection d’objets musicaux, pour laquelle il cherche à obtenir la modique somme d’un million de dollars.

Depuis exactement 40 ans, Conrad Lafrance acquiert tout ce qui est en lien avec la musique sans compter. Des juke-box, des livres, des cadres, mais surtout d’innombrables vinyles.

« J’ai eu deux offres à date. Une de 350 000 $, une autre de 700 000 $. Je n’étais pas prêt. Comment ça peut valoir 40 ans d’investissement de temps et d’argent ? » affirme M. Lafrance, qui estime entre 300 000 $ et 400 000 $ ce qu’il a déboursé pour ériger ce véritable musée de la musique.

Aujourd’hui âgé de 70 ans, il sent qu’il est temps de passer à autre chose. Sa santé précaire et les années qui filent l’ont incité à mettre son imposante collection en vente.

« J’ai six de mes dix voisins qui sont décédés. Ça fait réfléchir. Pis moi, ben, je suis à la veille », raisonne-t-il.

« C’est ma retraite. C’est un investissement : plutôt que de le mettre à la banque, je l’ai mis là », indique cet ex-employé à la Ville de Québec et ex-chauffeur de taxi.

Conrad Lafrance a même un disque à l’effigie de la chanteuse Jennifer Lopez.
Photo Annie T. Roussel
Conrad Lafrance a même un disque à l’effigie de la chanteuse Jennifer Lopez.

Un « rêve »

Conrad Lafrance ne compte plus les heures et l’argent qu’il a investi. Son « adoration » pour tout ce qui touche le domaine musical est ce qui a fait germer l’idée, alors qu’il n’était âgé que de 18 ans, de bâtir une telle collection.

« Un moment donné, j’étais au Centre Durocher, en train de jouer au snooker avec des amis. Il y avait le juke-box, le bar, les machines à boules... Je regardais tout ça, en écoutant la musique. Je me suis dit qu’un jour, si je pouvais, j’allais recréer ça. Et j’ai fait beaucoup mieux », dit-il avec satisfaction, en contemplant l’un de ses quatre juke-box.

Ce n’est toutefois que 12 ans plus tard, à l’âge de 30 ans, qu’il s’est finalement décidé à réaliser « son rêve ».

« J’ai été sur le taxi six ans, jour et nuit, en plus de mon travail à la Ville de Québec. Un moment donné, il était 3 h 15 le matin et je venais de laisser un client. J’ai fermé la radio, et j’ai mis la musique », se remémore-t-il.

« C’était Feelings de Morris Albert qui jouait. C’était tellement beau que j’ai pleuré. J’étais vidé. Je venais de dépenser six ans de ma vie à uniquement travailler. Le lendemain, j’ai mis le taxi en vente. »

Parmi ses pièces de résistance, des images des Rolling Stones et des Beatles
Photo Annie T. Roussel
Parmi ses pièces de résistance, des images des Rolling Stones et des Beatles

Une place de choix pour le « King »

Quarante ans plus tard, Conrad Lafrance se targue de posséder ce qui est « peut-être la plus belle collection qui existe au Canada », qu’il a accepté de présenter au Journal.

À travers ces reliques de Brigitte Bardot, Cat Stevens, Vicky Leandros, Julio Iglesias et autres, les souvenirs d’Elvis sont particulièrement présents dans le sous-sol de M. Lafrance. En plus des centaines de vinyles, des dizaines de cadres tapissent les murs.

« Elvis est dur à battre ! La voix, le genre de gars, la beauté, le style... Il avait tout pour lui », évoque-t-il.

Pour les intéressés, il vaut mieux commencer à économiser, puisque M. Lafrance n’entend pas vendre sa collection en pièces détachées.

Parmi ses pièces de résistance, des images des Rolling Stones et des Beatles
Photo Annie T. Roussel
Parmi ses pièces de résistance, des images des Rolling Stones et des Beatles

La collection comprend :

  • 10 320 pièces de collection
  • Près de 20 000 vinyles
  • 7 coffres remplis d’objets
  • 4 juke-box
  • 4 banquettes et 2 tables de style restaurant
  • 1 table de billard
  • 2 machines à sous
  • 1 bar
  • Une centaine de cadres et de photographies encadrées
  • 4 pièces de résistance
  • Juke-box Rock-Ola 488 Digital Microcomputer (valeur d’environ 4000 $)
  • Pochette et vinyle des Beatles comprenant les chansons Why et Cry For A Shadow (valeur d’environ 250 $)
  • Affiche encadrée des Beatles de 8 pi sur 3 pi
  • Photographies encadrées des Rolling Stones