/news/currentevents
Navigation

Un témoin expert au procès de Lac-Mégantic

Un témoin expert au procès de Lac-Mégantic
Photo Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE – Aucun frein manuel n'avait été serré sur les 73 wagons-citernes qui transportaient le pétrole dans la nuit du 6 juillet 2013, a fait savoir un expert au procès des trois ex-employés de la MMA accusés de négligence criminelle causant la mort de 47 personnes.

Stephen Callaghan, le 27e témoin de la poursuite, est un ancien enquêteur du Bureau de la sécurité des transports (BST) du Canada.

L'homme qui cumule 47 années d'expérience dans le domaine ferroviaire a assisté les policiers de la Sûreté du Québec dans leur enquête sur le déraillement de Lac-Mégantic.

Après avoir inspecté les premiers wagons reliés aux cinq locomotives, le témoin expert de la poursuite en est venu à la conclusion que les freins à main avaient uniquement été appliqués sur le premier, celui servant de wagon-tampon. Ces observations l'amènent à conclure hors de tout doute que sur les neuf citernes suivantes, les freins manuels étaient en position relâchée.

Thomas Harding, Richard Labrie et Jean Demaître subissent leur procès sous une accusation de négligence criminelle causant la mort de 47 personnes quand un train de la Montréal Maine et Atlantic railway rempli de pétrole a déraillé au centre-ville de Lac-Mégantic dans la nuit du 6 juillet 2013.