/misc
Navigation

Cervidés: saviez-vous que...?

Vous retrouverez dans ce texte de nombreuses informations méconnues sur nos grands cervidés, le chevreuil, le caribou et l’orignal. Sur ce cliché, Sonia Daviault exhibe fièrement son premier orignal récolté en carrière.
Photo courtoisie Vous retrouverez dans ce texte de nombreuses informations méconnues sur nos grands cervidés, le chevreuil, le caribou et l’orignal. Sur ce cliché, Sonia Daviault exhibe fièrement son premier orignal récolté en carrière.

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec est l’hôte de trois espèces de mammifères ruminants équipés d’onglons. Les connaissez-vous bien ?

Voici des informations peu connues sur ces grands gibiers.

Caribou

Des glandes odoriférantes, situées à la base de la cheville, permettent au caribou de signaler qu’il est en danger. Pour y arriver, il se dresse sur ses pattes arrière et sécrète une senteur qui alerte les autres membres de son troupeau.

Des divers spécimens de la famille des cervidés, le caribou est la seule espèce dont les mâles et les femelles portent des bois. Les bucks perdent leur coiffe après l’accouplement, en novembre ou en décembre. Peu de gens savent que les femelles adultes et les jeunes conservent leurs bois beaucoup plus longtemps et cela peut parfois perdurer durant tout l’hiver.

Comme pour tous les mammifères dotés d’un panache, la taille des bois est synonyme de dominance. Quand les mâles perdent leur coiffe, ce sont les femelles qui deviennent dominatrices, car elles sont les seules à toujours avoir leurs cornes. Elles pourront alors défendre leur fosse de broutage contre les autres intrus de plus grande taille, car lorsqu’elles sont en gestation, elles ont besoin de beaucoup plus d’énergie pour que leur fœtus puisse se développer. Après la naissance de leur portée, les femelles perdront leur panache.

Le caribou a de nombreux prédateurs comme l’ours noir, le carcajou, le lynx, le coyote, etc. C’est toutefois le loup qui est le plus meurtrier. Chacun de ces canidés consommera annuellement l’équivalent de 11 à 14 caribous. Certaines meutes suivront les hardes tout au long de leur migration.

Le cerf de Virginie est l’hôte d’un parasite qui se nomme ver des méninges. Il est totalement inoffensif pour ces derniers. En revanche, il est mortel pour les caribous. Cette maladie peut aussi se propager par les insectes.

Le caribou doit parfois courir de nombreux kilomètres, non pas pour échapper à ses prédateurs, mais plutôt à des colonies d’insectes volants qui l’assaillent.

Cerf de Virginie

Le chevreuil est le gros gibier le plus répandu en Amérique du Nord. Certaines données nous indiquaient qu’il y avait plus de 15 000 000 de bêtes au Canada et aux États-Unis.

On dénombre 16 sous-espèces de cerfs en Amérique du Nord. De ce chiffre, il n’y en a que trois qui sont présentes dans notre grand pays, soit notre cerf de Virginie du Nord, celui des prairies du Nord et celui du Nord-Ouest, qu’on retrouve de la Colombie-Britannique jusqu’en Alberta. Il a deux autres cousins éloignés qui ne vivent pas chez nous : le cerf à queue noire et le cerf mulet.

Dans de bonnes conditions, les biches peuvent s’accoupler dès l’âge de six ou sept mois et donner naissance à un faon dès qu’elles atteignent 12 mois. Plus tard, elles pourront avoir deux ou trois rejetons, même quatre dans de rares occasions, lors des périodes de reproduction.

Une femelle sur 1000 peut, tout comme les jeunes mâles, porter un petit panache simple. La tige centrale des bois des bucks se nomme merrain. Les autres ramifications courbées vers le haut se nomment andouillers ou cors.

Chaque année, il y a des randonneurs qui trouvent des petits chevreuils qui semblent abandonnés. Il est important de se rappeler qu’il n’est pas rare que la mère laisse ses rejetons sans aucune surveillance pendant plusieurs heures. Il faut savoir que leur robe se confond bien dans le décor et à ce jeune âge, ils ne dégagent presque pas d’odeur. La biche revient normalement s’en occuper un peu plus tard. Il ne faut surtout pas les toucher, car si la mère flaire l’odeur humaine sur ses jeunes, elle pourrait les délaisser pour de bon.

Roi de la forêt

L’orignal est un excellent nageur. Il plonge jusqu’à cinq mètres de profondeur pour aller chercher les plantes aquatiques dont il raffole. Il est également capable de nager sur de longues distances pouvant atteindre 20 km. Retenez toutefois que le caribou est un meilleur nageur.

Seulement quelques jours après sa naissance, il court déjà plus vite qu’un homme. À l’âge adulte, il galopera jusqu’à une vitesse de 45 km/h.

Le fanon de peau velue situé sous la gorge, que certains surnomment cloche, peut mesurer jusqu’à 30 cm de longueur.

En été, ces mastodontes consomment quotidiennement près de 30 kg de matières végétales comme des feuilles, des plantes terrestres et aquatiques, des rameaux, des repousses, etc. Leur consommation n’est que de 20 kg de rameaux par jour, en hiver.

Des quatre gros gibiers de la Belle Province, ce sont les rejetons des orignaux qui ont la croissance la plus rapide. Ils prendront près de 500 grammes par jour lors de leurs premiers mois d’existence, puis, plus tard en été, ce chiffre augmentera à plus de 2 kilos quotidiennement pendant un certain temps.

De tout pour tous

Un Bazar de pêche se tiendra dimanche de 9 h à 15 h à la salle Paul-Émile Raymond de St-Eustache, située au 367 rue Godard. Cet événement, organisé par Jacques Vadeboncœur, de la pourvoirie des Sportifs, accueillera des manufacturiers, des artisans, des guides, des concepteurs spécialisés, des vendeurs d’équipements neufs et usagés, etc. L’admission n’est que de 3 $ et c’est gratuit pour les adeptes de 14 ans et moins. Composez le 450 543-4338 pour en savoir plus.