/news/education
Navigation

Des formations de RCR pour les élèves de secondaire 3

Un budget de 500 000 $ est débloqué pour les écoles du Québec

Sébastien Proulx, Ministre de l’Éducation
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark Sébastien Proulx, Ministre de l’Éducation

Coup d'oeil sur cet article

Les élèves de secondaire 3 de la province seront formés cette année pour réanimer leur entourage en cas de malaise.

Le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx a débloqué un montant de 500 000 $ afin que les écoles puissent recourir aux services d’un organisme de formation en réanimation cardio-respiratoire (RCR).

Obligatoire

Les établissements scolaires pourront aussi décider de former un membre de leur personnel afin que ce dernier puisse enseigner la RCR aux élèves.

« Il s’agit d’un geste important pour sensibiliser nos jeunes, pour les impliquer davantage dans notre société et surtout, pour sauver des vies », a déclaré le ministre Proulx.

La formation est obligatoire pour les quelques 60 000 élèves de troisième secondaire et survient grâce aux amendements des règles budgétaires pour l’année scolaire 2017‐2018.

Ce sont les écoles qui décideront à quel moment les enseignements seront prodigués.

L’annonce du ministre est applaudie par la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, qui y voit là un « bon pas en avant ».

Chances de survie

« C’est certain que notre vœu pieux serait que les formations soient étendues à un plus grand nombre d’années scolaires. Ça reste tout de même une excellente nouvelle », se réjouit Monia Boutin, gestionnaire du programme de réanimation au Québec pour la Fondation.

Elle ajoute que la RCR permet « d’augmenter les chances de survie et de limiter les dégâts subis au cerveau ».

« Plus il y a de gens qui connaissent les manœuvres de réanimation, mieux c’est. Si un événement malheureux survient, il faudrait toujours que quelqu’un à proximité sache comment agir. Donc c’est une bonne chose de l’apprendre à un jeune âge », poursuit Mme Boutin.

Cette dernière espère toutefois qu’il s’agit d’une « somme récurrente qui sera accordée pour ces formations ».

Les règles budgétaires étant déterminées annuellement, il est impossible de dire si les formations seront reconduites au cours des prochaines années.