/news/society
Navigation

Le gérant de la boutique Adidas de Montréal parle français pour «accommoder» et ça ne passe pas du tout

Le gérant de la boutique Adidas de Montréal parle français pour «accommoder» et ça ne passe pas du tout
Photo Martin Alarie

Coup d'oeil sur cet article

Des dizaines de personnes et de nombreuses personnalités publiques ont promis mercredi de boycotter la boutique montréalaise d’Adidas, le jour même où celle-ci rouvrait ses portes après des mois de rénovations, en raison de propos tenus par le gérant Alexandre Des Roches.

Adidas avait convié la presse à l’inauguration de son nouveau magasin de la rue Sainte-Catherine. Nouveau design, murales réalisées par des artistes d’ici, marchandise exclusive : rien, dans la nouvelle enseigne, n’a été laissé au hasard. Sauf, peut-être, les mots qu’allait prononcer le gérant de la boutique.

Les choses ont commencé à se gâter à la suite du discours en anglais du vice-président des ventes directes au consommateur de l’entreprise, John Summers.

John Summers
PHOTO MARTIN ALARIE
John Summers

 

Dans son discours d’ouverture, le gérant du commerce, Alexandre Des Roches, s’est presque excusé de devoir parler français.

« Je vais dire un mot en français, pour accommoder la Ville de Montréal et les médias francophones », a affirmé M. Des Roches.

Le gérant a ensuite entrepris, en anglais, une conversation de plusieurs minutes avec le concepteur-créateur des souliers Adidas, le Français Jean Khalif. Le reste de l’événement s’est déroulé en anglais.

Jean Khalife
PHOTO MARTIN ALARIE
Jean Khalife

 

Tout de suite après, des internautes et plusieurs personnalités connues se sont empressés de dénoncer sur le web cette intervention du gérant, décrite dans un tweet du reporter du Journal.

C’est notamment le cas du membre de RBO, André Ducharme. « Je vais avec plaisir aller m’accommoder dans un autre magasin. #bravochampion », a déclaré l’humoriste et scénariste sur Twitter.

« C’était quoi le mot [du gérant]? Parce que j’en ai une coupe qui me viennent en tête pour lui répondre », a répliqué sa collègue Léa Stréliski.

« Tout va bien avec la place du français à Montréal », a pour sa part ironisé le député péquiste et leader parlementaire de l’opposition officielle, Pascal Bérubé.

Des dizaines d’autres internautes se sont engagés à ne pas acheter de produits Adidas.

La direction d’Adidas Canada n’avait pas réagi au tollé suscité par ces déclarations au moment d’écrire ces lignes.
 
Nouvelle enseigne
 
La journée s’annonçait pourtant festive au magasin de la rue Sainte-Catherine Ouest. Après des mois de rénovations, celui-ci dévoilait sa nouvelle boutique concept « voisinage ». « Notre magasin de Montréal est inspiré de Paris », a expliqué M. Summers au Journal. « L’idée même à la base de notre magasin, c’est la créativité », a dit le vice-président. 
 

 

Voici quelques-unes des réactions:

 

 

 

 

 

 

 

 


- Avec la collaboration de Philippe Orfali