/news/education
Navigation

Vos taxes scolaires pourraient baisser dès l’an prochain

Coup d'oeil sur cet article

Québec veut uniformiser les taxes scolaires en se basant sur le taux le plus bas dans chaque région.

Le gouvernement Couillard veut ainsi fermer une brèche qui permet aux propriétaires fonciers de payer leurs taxes scolaires dans le système anglophone, ce qui est généralement moins coûteux.

«Le but est de mettre fin aux nombreuses iniquités qu’on retrouve parfois entre citoyens d’une même région [...]», a expliqué le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx.

En Outaouais, par exemple, les taxes scolaires coûtent environ 900 $ dans le système francophone, contre quelque 300 $ du côté anglophone.

Compenser les pertes

Le ministre Proulx rencontrera les commissions scolaires du Québec le 1er décembre prochain, en compagnie de son collègue des Finances. «Notre proposition, c’est une taxe régionale basée sur le taux le plus bas dans une région», dit Sébastien Proulx.

Il ajoute que la réforme, qui devra faire l’objet d’un projet de loi, permettra d’alléger le fardeau fiscal des Québécois. «Pour plusieurs concitoyens, vous aurez compris que ça peut vouloir dire une baisse importante des taxes», a souligné le ministre Proulx.

Le manque à gagner annuel pour les commissions scolaires sera comblé par une hausse de la subvention versée par le gouvernement provincial.

«Il y aura bien sûr un apport du gouvernement du Québec qui sera dévoilé en temps et lieu lorsqu’on aura terminé les calculs, fait la proposition et terminé la rédaction du projet de loi», explique Sébastien Proulx.

Le projet de loi pourrait être déposé avant la fin de la session parlementaire, en décembre.