/news/politics
Navigation

Bisbille sur la succession de Guy Ouellette à la Commission des institutions

Guy Ouellette
Photo Simon Clark Guy Ouellette

Coup d'oeil sur cet article

Après une première élection annulée et une autre ratée, les membres de la Commission des institutions se sont finalement entendus pour que le député libéral Pierre-Michel Auger succède à Guy Ouellette au poste de président.

Mardi dernier, la réunion au cours de laquelle un nouveau président devait être élu a été annulée à la dernière minute après que Guy Ouellette ait demandé d’être réintégré.

Même si le député de Chomedey a pu regagner le caucus libéral, mercredi, ses officiers lui ont toutefois refusé de retourner à la présidence de la Commission des institutions, fonction qu’il a perdu le mois dernier dans la foulée de son arrestation par l'UPAC.

M. Ouellette a plutôt été assigné loin des dossiers de l’UPAC, soit à la Commission de l’aménagement du territoire. Il en est d’ailleurs devenu le président, jeudi, à la suite d’une décision unanime de ses membres.

Un appui conditionnel

Du côté de la Commissions des institutions, les députés péquistes se sont opposés, jeudi midi, à la nomination du député libéral de Champlain, Pierre-Michel Auger, après que la majorité libérale ait refusé d’entendre le leader parlementaire de l’opposition officielle, Pascal Bérubé.

Conforté par une décision rendue en avant-midi par la présidence de l’Assemblée nationale, le député de Matane-Matapédia, qui n’est pas membre permanent de cette commission, souhaitait exposer les conditions d’un appui de sa formation politique à cette nomination. C’est-à-dire : exiger de l’UPAC qu’elle transmette une version non-caviardée de documents lourdement caviardés remis récemment à un membre de la commission.

« Le mauvais call de Jean-Marc Fournier [leader parlementaire du gouvernement], de ne pas me permettre de parler, vient de couter la job à Pierre-Michel Auger », a ensuite résumé M. Bérubé, mécontent.

Les membres de la commission se sont réunis à nouveau vers 17h30, en permettant cette fois à M. Bérubé de prendre la parole.

La nomination de M. Auger a d’abord été entérinée, après quoi M. Bérubé a prévenu que l’opposition officielle réclamerait un plein accès aux documents en question dès la reprise des travaux de la commission.

« C’est important pour nous, il en va de la confiance à l’égard de cette commission, de la présidence, et vous savez qu’on appréciait particulièrement le président précédent », a dit M. Bérubé.