/sports/tennis
Navigation

Toujours de l’espoir pour Eugenie

Connecticut Open - Day 4
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Même si Eugenie Bouchard a connu une année de misère pour dégringoler jusqu’au 81e rang mondial, les dirigeants de Tennis Canada sont loin de jeter l’éponge à l’endroit de la joueuse de 23 ans, qui est de nouveau à la recherche d’un entraîneur.

« On croit toujours en son talent et sa place est dans le top 20 mondial, a commenté l’instructeur national Sylvain Bruneau. Il sera important qu’Eugenie se trouve un entraîneur avec qui elle se sentira à l’aise de travailler et qu’elle puisse demeurer longtemps avec lui. Elle a effectué trop de changements ces dernières années. On prône la stabilité de ce côté. »

Panne de confiance

Vice-président responsable du développement de l’élite à Tennis Canada, Louis Borfiga ne perd pas espoir lui non plus de voir Bouchard rebondir.

« Je peux vous garantir qu’elle s’entraîne sérieusement. Le hic, c’est qu’elle perd ses moyens lors des matchs, étant en panne de confiance. Elle réfléchit trop et elle doute de ses moyens. Elle n’aura plus de points à défendre en 2018 et elle jouera avec moins de pression. Je demeure optimiste dans son cas. »

La Québécoise Françoise Abanda, qui a remporté ses premières victoires cette année dans le tableau principal des tournois du Grand Chelem de Roland-

Garros et de Wimbledon, en plus de mener le Canada vers une belle victoire contre le Kazakhstan en Fed Cup, n’a toujours pas d’entraîneur attitré et c’est donc Bruneau qui continuera de travailler à ses côtés lorsque la saison s’amorcera en janvier en Australie.