/opinion/columnists
Navigation

Guy Lafleur, l’honnête homme

Coup d'oeil sur cet article

Comme grand joueur québécois du Canadien de Montréal capable d’inspirer tout un peuple, il y a eu Maurice Richard. Il y a encore Guy Lafleur, ancien jeune fou devenu vieux sage. Ensuite, on scrute l’horizon : on ne voit rien. Ce club a tout fait pour trahir ses héros et son public.

Guy Lafleur a toujours été un gars franc, n’en déplaise à certains. À Conversation secrète, la nouvelle émission télévisée de Paul Arcand dimanche dernier, Lafleur en a étonné plusieurs en s’en prenant à l’hypocrisie du club de hockey Canadien et à Jacques Lemaire. Ce petit prétentieux de Ville LaSalle, après avoir séjourné en Suisse, pensait avoir franchi le Rubicon, et, nommé entraîneur, il voulait en remontrer au numéro 10. Pourtant, à l’époque, ce dernier portait l’équipe sur ses épaules...

Mais Lemaire et Serge Savard, le directeur général, voulaient faire place nette. Lafleur aurait dû, il le reconnaît aujourd’hui, dire publiquement qu’il voulait être échangé... Mais ça aurait été trahir les « fans ».

« Va-t’en, Guy ! »

Pendant longtemps, l’illusion que la Sainte Flanelle existait encore a pu durer. En rétrospective, on se rend compte que l’euthanasie de cette organisation a commencé par la liquidation cavalière de Guy Lafleur et du « vieux hockey » où l’on jouait avec cœur et n’accumulait pas les millions.

Justement, ce qui a brisé le cœur de Lafleur, ce fut de découvrir un jour que l’équipe consentait à un de ses coéquipiers médiocre un salaire beaucoup plus élevé qu’à lui. Cette humiliation voulait dire : « Va-t’en, Guy ! »

Père fidèle

Guy Lafleur reste fidèle à son fils Mark, qu’il va voir en prison chaque semaine.

Presque toujours, ce sont les frasques de ce fils, qui ne connaît probablement pas sa chance d’avoir un père présent malgré tout, qui mettent Lafleur dans les journaux. J’étais heureux de le revoir enfin dans une entrevue de fond pour parler de lui-même... même si ça signifie que l’on se désole encore de ce que le Canadien a cessé d’être. Chapeau à Paul Arcand pour ses questions audacieuses !