/opinion/columnists
Navigation

Ces «austères» hausses de dépenses

mise a jour economique
Photo Agence QMI, Simon Clark Carlos Letao

Coup d'oeil sur cet article

Les annonces généreuses de notre bon gouvernement ont lancé une discussion : la marge de manœuvre actuelle est-elle le résultat de coupes sauvages dans les dépenses ? Dans plusieurs analyses, on tient pour acquis que oui, que l’austérité fut un fait. Attention.

D’abord, soyons clairs : depuis 2014, le gouvernement Couillard n’a jamais réduit ses dépenses. Il n’a jamais réduit non plus les budgets des ministères offrant des services sensibles, comme la santé et l’éducation. Vérifiez les colonnes de chiffres : d’une année à l’autre, les budgets ont augmenté.

Le vocabulaire du gouvernement

Ce qu’on appelle des coupes budgétaires dans le langage de l’administration publique c’est autre chose. Je vous donne un cours 101 de langage de finances gouvernementales. Des coupes budgétaires sont en fait un ralentissement de la croissance des dépenses. Les dépenses d’un ministère augmentent, mais pas autant que prévu, ou pas autant que souhaité.

Comprenez qu’au gouvernement, les augmentations de dépenses sont un automatisme. Parce que des hausses de salaire ont été promises lors des négociations, parce que des bonifications des programmes ont été promises et entrent en vigueur à une certaine date, les hausses de dépenses sont préprogrammées.

C’est ce qu’on appelle les « coûts de système ». On dira, par exemple, que les dépenses en santé devraient augmenter naturellement de 5 % par année. Si le gouvernement les grimpe de 4 %, on l’accusera de couper !

Exemple. Sur un budget de 35 milliards comme la Santé, 5 % d’augmentation représente 1,75 milliard $. C’est la hausse espérée pour couvrir les « coûts de système ». Un gouvernement inclut plutôt dans son budget une hausse de 4 %, donc 1,4 milliard $. Dans les faits, le ministère de la Santé dépensera 1,4 milliard de plus que l’année précédente. Dans le débat public, on accusera le gouvernement d’avoir coupé 350 millions en santé.

C’est avec des calculs comme ceux-là qu’on arrive à dépenser toujours plus pendant que les débats portent sans cesse sur des coupes budgétaires. C’est avec une approche semblable qu’on grimpe les dépenses des gouvernements à un point qui force à saigner ensuite les contribuables.

10 milliards de plus

Revenons au mandat du gouvernement libéral. Durant ces années dites d’austérité, les dépenses de mission excluant les intérêts sur la dette ont crû de 10 milliards. Oui, 10 milliards de plus en 4 ans. Ceux qu’on appelle les défenseurs des services publics diront qu’il aurait plutôt fallu que les dépenses augmentent d’une somme oscillant entre 13 et 16 milliards sur 4 ans.

Suivant cette logique, une hausse de 10 milliards représente l’austérité. Un carnage dans nos services ! Je décroche. Qu’on me dise que certains choix budgétaires en période de redressement ont pu faire mal, j’accepte. Qu’on me dise que c’est de l’austérité, je pars à rire !

Vous voulez raconter à vos enfants qu’au Québec, les dépenses du gouvernement ont déjà baissé ? Il y a un exemple dans l’histoire moderne. Au printemps 1997, Lucien Bouchard a présenté un budget dans lequel on dépensait moins que l’année d’avant. Courageux, mais dur.