/entertainment/stage
Navigation

La quête inattendue de Christine Beaulieu

La comédienne a consacré trois ans à la création de «J’aime Hydro»

Coup d'oeil sur cet article

Elle a visité des barrages d’Hydro Québec, interrogé différents intervenants et s’est même rendue, avec sa voiture électrique, au chantier de la Romaine sur la Côte-Nord. Christine Beaulieu avoue avoir vécu quelque chose d’épeurant et de vertigineux avec la création de la pièce J’aime Hydro.

« Si j’avais su dans quoi je m’embarquais, j’aurais dit non », a laissé tomber la comédienne en éclatant de rire.

À l’affiche à partir de mardi, pour dix représentations, à La Bordée, J’aime Hydro est une pièce documentaire qui s’interroge sur ce qu’est devenue la relation entre la Société d’État et les Québécois.

Elle s’intéresse aussi au projet la Romaine, qui continue d’aller de l’avant malgré l’impact environnemental et l’existence d’un rapport gouvernemental suggérant d’arrêter les travaux.

La comédienne, que l’on peut voir à la télé dans la quotidienne District 31, avoue avoir fait un immense saut dans le vide en acceptant de relever ce défi.

Trois ans de démarches

Christine Beaulieu raconte, bien candidement, qu’elle ne se voyait pas du tout se lancer dans cet immense projet de création.

Annabel Soutar, directrice artistique de la compagnie Porte Parole, qui fait du théâtre documentaire autour d’enjeux de société et qui était trop occupée pour mener ce projet, a réussi à convaincre la comédienne.

« Je ne suis pas une auteure et je ne connaissais rien sur Hydro-Québec. Je ne pouvais pas faire ça. Elle ne m’a pas lâchée, la sacripante et elle a réussi à me convaincre », a indiqué la comédienne.

La comédienne s’est lancée dans une longue quête d’informations qui a duré trois ans.

« On suit, à travers mes démarches et mes recherches sur le sujet. C’est moi qui pars de zéro et qui ne connais rien, avec les embûches, les erreurs et les moments où j’ai eu envie de tout sacrer là. J’ai commencé le projet en étant ignorante de ces enjeux et c’est quelque chose que j’assume dans le show », a-t-elle laissé tomber.

Avec un spectacle qui dure 4 h, incluant un entracte, Christine Beaulieu, qui est accompagnée sur scène par Mathieu Gosselin, qui joue 28 personnages, explique que le sujet est vaste et complexe et qu’il aurait été malhonnête de faire un show d’une heure et quart.

« Je dis aux gens qu’ils peuvent, s’ils sont tannés, partir à l’entracte, mais il n’y a personne qui s’en va. Les gens adorent et je n’en reviens pas. C’est un show qui est très drôle et il y a beaucoup d’autodérision. Ce n’est pas lourd et ce n’est pas compliqué. J’ai voulu que ça soit super accessible », a-t-elle indiqué.


► J’aime Hydro est présenté du mardi au samedi, jusqu’au 9 décembre, à La Bordée.