/lifestyle/family
Navigation

Le palmarès... des élèves !

Le palmarès... des élèves !
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Frénésie continuelle dans la classe cette semaine. Mes 6e reçoivent les uns après les autres la réponse de leur future école secondaire. Après des tests d’admission pour plusieurs. Des auditions pour d’autres. Et du stress. La peur de ne pas être choisis. De décevoir leurs parents. De ne pas être avec leurs amis.

PEI, concentration hockey, soccer. Cheerleading. Ballet. Profil science. Robotique. Anglais. Musique. Théâtre.

Presque autant de choix qu’il y a d’élèves. Au milieu de tout cela, il y a Nicolas et Gabrielle. Et quelques autres. Perplexes. Leurs parents n’ont pas fait de demande nulle part. Et pas parce qu’ils sont des parents irresponsables.

Ils ont juste pensé que leur enfant pouvait aller tout simplement à l’école secondaire du quartier. Point final. Sans l’analyse longitudinale des 25 établissements scolaires du secteur. L’école du quartier leur semble tout à fait correcte. Avec ses forces et ses défis. Comme toutes les écoles. Mais parfaite pour leur enfant. Qui saura y trouver son compte et y faire son petit bonhomme de chemin. En plus, ils n’ont pas à débourser outre mesure. Pour une éducation gratuite.

Nicolas et Gabrielle ont des notes dans la moyenne. Ils font leurs devoirs. Leurs parents sont impliqués dans leur vie scolaire. Mais n’ont pas envie du PEI. Ils aiment le sport, mais sans plus. Les arts et l’anglais ? Même chose.

Ah ! La passion...

Bref, pas de passion précise. Cette passion avec un grand « P » que tous les enfants de 11 ans, c’est bien connu, ont en eux. Et qu’ils doivent absolument cultiver quotidiennement à l’école. Aucune passion assez grande pour laquelle ils consacreraient la moitié de leur journée dans une concentration. Et vivre avec un horaire de premier ministre.

Aucune qui les anime assez pour choisir un profil avec des amis qu’ils ne connaissent pas et un long trajet d’autobus.

Olivier et Gabrielle aiment plein de choses. Et rien en particulier. Et c’est correct. Ils ont 11 ans. Aller dans « rien » au secondaire. Ils sont tristes. D’abord parce qu’ils constatent qu’aucun de leurs amis n’ira à l’école du quartier avec eux. Et donc que leur gang se dispersera aux quatre coins de la ville. Et ils ne se sentent pas très bons. Ils ne font partie d’aucune concentration, profil, volet, option. Les autres les regardent avec étonnement. « Vous n’allez dans “rien” l’an prochain ? » C’est leur perception des classes régulières.

Drôle d’ambiance dans la classe. Je décide d’ouvrir la discussion. Pour désamorcer. Je réalise que ce ne sont que quelques enfants qui sont profondément allumés par leur choix. Une fois l’étape de la sélection passée, plusieurs n’ont pas grand-chose à faire de leur future école. De leur profil ou de leur concentration. Un paradoxe alors que cette chasse annuelle à la meilleure école secondaire vient de se terminer. Je leur annoncerais que toutes les écoles secondaires, sauf celle du quartier, se sont envolées en fumée et qu’ils sont contraints de tous s’y retrouver, qu’ils sauteraient au plafond. En se tapant dans les mains. Mais autre temps. Autres mœurs.