/opinion/blogs/columnists
Navigation

La coupe des ex-Alouettes

105th Grey Cup Championship Game
AFP

Coup d'oeil sur cet article

On s'ennuie rarement lors de ces matchs de la coupe Grey et celui de dimanche soir a été à la hauteur des attentes, malgré la neige qui n'a jamais cessé de tomber sur la capitale nationale.

Ça s'est de nouveau décidé à la toute fin de la rencontre. Quel suspense!

Le vétéran Ricky Ray a une fois de plus trouvé une façon de gagner le match le plus important de l'année.

Toronto a eu raison de Calgary, la meilleure équipe de la ligue, grâce à deux très longs jeux, dont un sur un revirement incroyable survenu à la porte des buts au dernier quart.

Ces deux longs jeux ont fait la différence pour enrayer la grosse machine des Stampeders.

Je ne vous cacherai pas que je souhaitais une victoire des Argonauts. Je n'ai jamais compris pourquoi les Alouettes ont laissé partir des joueurs de qualité comme S.J. Green et Bear Woods.

Aujourd'hui, ces deux hommes, que j'ai eu l'occasion de bien connaître à Montréal, sont champions et ils ont toutes les raisons du monde de rire dans leur barbe en pensant à un certain Kavis Reed...

Je suis heureux aussi pour Jim Popp, qui a été sévèrement critiqué à la fin de son règne à Montréal.

Popp a ses défauts, mais personne ne peut lui enlever le fait que sous sa gouverne, les Alouettes ont connu beaucoup plus de saisons gagnantes que perdantes.

Jim avait raison d'être très ému en compagnie des membres de sa famille, après cette victoire durement arrachée à Ottawa qui lui vaudra une cinquième bague de la coupe Grey.

Il a pris les rênes des Argonauts en février seulement et il a su reconstruire cette équipe pour en faire une formation championne.

Son premier coup de maître fut l'embauche de Marc Trestman, un excellent entraîneur qui a savouré, dès son retour dans la LCF, une troisième conquête de la coupe Grey.

C'est le jour et la nuit avec le genre d'entraîneur-chef que les partisans des Alouettes ont dû endurer en deuxième moitié de saison.

Il y a lieu de se demander comment Kavis Reed s'y prendra pour remettre le train sur les rails à Montréal. Disons que les sceptiques sont nombreux dans la salle...