/entertainment/music
Navigation

Patrick Bourgeois est décédé

Coup d'oeil sur cet article

L'auteur-compositeur-interprète Patrick Bourgeois, notamment connu pour son rôle au sein des BB, est décédé dimanche matin après un long combat contre le cancer.

Il est mort en matinée, selon sa conjointe de longue date Mélanie Savard.

«Il a livré une dure bataille à la maladie, mais son corps n’en pouvait plus. Il est mort paisiblement dans mes bras. Son légendaire sens de l’humour et son magnifique sourire sont restés en lui jusqu’à la toute fin», a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

Patrick Bourgeois s'est éteint à l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal selon le magazine «7 Jours».

«Son légendaire sens de l’humour et son magnifique sourire sont restés en lui jusqu’à la toute fin», a précisé Mélanie Savard qui a dit de lui, qu’il était «un grand homme, un père impliqué et dans les derniers mois un combattant toujours positif face à la maladie».

Patrick Bourgeois était la figure de proue des B.B., un des groupes pop les plus populaires au Québec durant les années 1990. Sur sa page internet, ce trio composé aussi de François Jean (batterie) et d’Alain Lapointe (clavier, guitare, voix) prétend avoir vendu plus d’un million d’albums en carrière.

Leur premier album sorti en 1989, «Les B.B.», a fait un tabac avec des succès comme «Fais attention», «T'es dans la lune», «Loulou» et «Parfum du passé». Les B.B. ont d’ailleurs remporté le Félix du groupe de l’année en 1990, celui de l’album rock de l’année ainsi que spectacle rock de l’année.

«On est toute de suite rentrés dans la ligue des grands : les gros shows, l’autobus de tournée, la police autour de nous parce qu’on se faisait sauter dessus...», a dit Patrick Bourgeois en entrevue au «Voir», en novembre 2016.

Le trio avait fait ses débuts ensemble en jouant dans le spectacle de Marc Drouin «Vis ta vinaigrette» quelques années auparavant en se faisant appeler les Beau Blonds.

«On était un espèce de pastiche de The Police avec nos perruques "platinum blond". C’tait pas mal ça, la "joke"», a dit Patrick Bourgeois au «Voir». Celui qui avait aussi travaillé avec Rock et Belles Oreilles a précisé que le nom du groupe B.B. est tiré des initiales de ce premier collectif à saveur humoristique.

Grâce charme de Patrick Bourgeois et de ses deux acolytes, les B.B. deviennent extrêmement populaire auprès de la gent féminine. Très attendu, leur deuxième album, «Snob», fait mouche dès sa sortie en 1991. Les chansons comme «Snob» et «Donne-moi ma chance» se hissent au palmarès.

«Je crois qu’on a montré aux gens qu’on était encore capables de faire des bonnes tounes et, surtout, qu’on était plus qu’un feu de paille. L’accueil a vraiment été écœurant, à la hauteur de ce qu’on pensait. Y a eu quelques critiques réfractaires, mais bon on était conscients que Les BB, c’était pas très intellectuel et qu’en fin de compte, on vendait des beaux gosses avec un rêve pour les jeunes filles», a dit le chanteur montréalais au «Voir».

En 1992 au Gala de l’ADISQ, les B.B. ont ainsi mis la main sur le Félix du groupe de l’année.

La tournée de cet album était telle qu’on l’imagine pour des vedettes rock.

«C’était les limousines, les tours bus, les pitounes, les jets privés... On était des rockstars. C’tait aussi l’époque des bars. On se pétait la face chaque soir de show ou presque», a dit Patrick Bourgeois au magazine montréalais.

Les B.B. tentent ensuite leur chance en France vers la fin de 1992, eux qui s’étaient fait connaître après avoir fait la première partie pour Patrick Bruel au Zénith de Paris, deux ans auparavant.

Leur troisième album, appelé «3», connait cependant moins de succès en 1994, même s’il a été certifié Disque d’or. Après une tournée, le groupe a pris une longue pause qui durera jusqu’en 2004 lorsqu’ils sortent «Bonheurs facile». Ils récidivent en 2011 avec «Univers». Ces deux opus n’ont cependant pas connu l’engouement des trois premiers.

Durant la période d’inactivé des B.B., Patrick Bourgeois n’est pas resté sur la touche. Il a animé le jeu télévisé musical «Fa si la chanter», diffusé à Radio-Canada en 1997-1998. Il sort aussi deux albums solos en 1998 («Patrick Bourgeois») et en 2001 («Inexploré»), en plus de créer la trame sonore du film «Karmina» en 1996. Sa carrière solo n’a cependant pas suscité un grand engouement du public.

Le chanteur avait annoncé en février 2016 qu’il était atteint d’un cancer, dont la nature n’avait pas été précisée. Il avait alors été opéré.

«La vie m'envoie un combat à mener. Soyez assurés que j'ai bien l'intention de le gagner», a-t-il alors mentionné sur sa page Facebook .

Son fils, Ludovick, a remporté en mai dernier le concours de l’émission «La Voix», diffusée à TVA.