/weekend
Navigation

Spirale intérieure

Tortues à l’infini<br />
John Green<br />
Gallimard jeunesse<br />
352 pages, dès 13 ans
Photo courtoisie Tortues à l’infini
John Green
Gallimard jeunesse
352 pages, dès 13 ans

Coup d'oeil sur cet article

Quand le père milliardaire d’un ami d’enfance disparaît, Aza, encouragée par son amie Daisy, décide de reprendre contact avec lui. Daisy souhaite surtout mettre la main sur la récompense de 100 000 $ promise. En retrouvant Davis, Aza se met à apprivoiser l’amour, mais malgré son intérêt pour le jeune homme, des émotions contraires liées à son trouble obsessionnel compulsif l’empêchent d’être totalement heureuse...

Mystère, romance, humour et réalisme s’alternent tous, à tour de rôle, au long de ce récit. Évidemment, John Green est loin d’être un inconnu : il y a six ans, il présentait son roman Nos étoiles contraires qui fut un succès également au cinéma. Bref, nul besoin de dire que ses nombreux admirateurs, aux quatre coins de la planète, étaient impatients de se plonger à nouveau le nez dans son univers littéraire si fascinant.

Et ils ne seront pas déçus ! Le personnage principal de ce récit, l’adolescente de 16 ans Aza, est certainement l’un des plus marquants de la littérature de cette année. Certains la trouveront peut-être un peu complexe, mais c’est justement ce qui fait toute la beauté de ce personnage...

Avec le rythme effréné de la vie, à l’époque actuelle, et la pression de performer imposée par la société, tout le monde est porté à cacher ses faiblesses. Or, Aza n’a d’autre choix que d’affronter son trouble obsessionnel compulsif – la spirale vertigineuse de ses pensées obsessionnelles – qui lui empoisonne la vie. Entrer dans sa tête, pendant les 352 pages de ce roman, s’avère un voyage fort en émotions, mais qui nous permet de comprendre ce que vivent les personnes comme elle. À noter que l’auteur lui-même souffre de la même maladie.

Bien dosé grâce à l’enquête sur le milliardaire disparu et aux répliques assez comiques de Daisy, John Green parvient encore une fois à présenter un récit captivant !

Portrait réaliste

Tortues à l’infini, c’est un roman qu’on ne dépose que très rarement et qu’on voudra ensuite conseiller à tous nos proches.

Sous des apparences de mystère, il dresse quand même un portrait très réaliste du quotidien des jeunes (et des moins jeunes aussi, d’ailleurs), qui sont constamment à la recherche de leur propre identité. Beaucoup de sourires, de rires, de découvertes, mais aussi de larmes : on ne peut qu’adorer ce nouveau voyage que nous fait vivre John Green !

 

À LIRE AUSSI

Un livre percutant

Non prémédité<br />
Linda Corbo<br />
Éditions de Mortagne<br />
279 pages, dès 14 ans
Photo courtoisie
Non prémédité
Linda Corbo
Éditions de Mortagne
279 pages, dès 14 ans

Percutant. Il n’y a pas d’autre mot pour décrire ce 40e livre de la collection Tabou. Non prémédité, c’est de la violence émotionnelle à l’état pur qui ne laissera personne indifférent. Justine célèbre son 16e anniversaire de naissance d’une façon très éprouvante : ses mains sont tachées de sang, on la menotte et on la conduit au poste de police... Depuis la séparation de ses parents, la jeune fille a l’impression de n’avoir sa place nulle part. Elle accumule, pendant toutes ces années, beaucoup de tristesse, mais aussi de colère. Le jour de ses 16 ans, elle ne se contrôle plus et commet l’irréparable. Elle doit maintenant faire face à la justice. Cette histoire est troublante, mais elle se doit d’être lue ! Pour lecteurs avertis.

Un petit bijou

 

Les Neurones Atomiques<br />
Martin et Stéphane Brouillard, illustrations de PisHier, Éditions MultiMondes<br />
24 pages, pour les élèves  de l’école<br />
primaire
Photo courtoisie
Les Neurones Atomiques
Martin et Stéphane Brouillard, illustrations de PisHier, Éditions MultiMondes
24 pages, pour les élèves de l’école
primaire

Pour les apprentis scientifiques, la nouvelle série de livres Les Neurones Atomiques est un vrai petit bijou ! À travers les récits de jeunes personnages, les enfants découvriront les vraies explications scientifiques derrière des phénomènes intrigants depuis la nuit des temps et qui engendrent beaucoup de « pourquoi » et de « comment ». Ainsi, ils peuvent établir un premier contact plus qu’amusant avec la démarche scientifique ! Les petits cahiers de la collection explorent l’électricité statique, les réactions chimiques, le cycle de l’eau, ainsi que l’air et l’atmosphère. Ils sont détaillés simplement, mais ils renferment tout ce qui est important, point de vue scientifique ! En prime : des expériences à réaliser à la maison. Une superbe idée, ils se glissent facilement sous le sapin de Noël !

Drôle de doudou

La doudou qui avait peur des dinosaures<br />
Claudia Larochelle, illustrations de Maira Chiodi<br />
Les Éditions de la Bagnole<br />
24 pages, dès 4 ans
Photo courtoisie
La doudou qui avait peur des dinosaures
Claudia Larochelle, illustrations de Maira Chiodi
Les Éditions de la Bagnole
24 pages, dès 4 ans

Quel plaisir de retrouver la fameuse doudou de Jeanne, avec laquelle on a fait connaissance dans un premier album l’an dernier, La doudou qui ne sentait pas bon ! Cette fois, la petite Jeanne s’apprête à vivre un moment important : tous les amis de sa classe de maternelle doivent apporter leur doudou, afin de la présenter aux autres. Jeanne est bien triste de voir que la sienne est mal en point. La pauvre, elle a perdu un œil ! Anxieuse, la petite envisage de se tourner vers un autre de ses compagnons, un dinosaure multicolore. Non, elle ne peut pas faire ça à sa doudou ! L’auteure aborde avec brio des sujets qui touchent tous les enfants, notamment la peur des piqûres. Un petit récit super charmant, empreint de sensibilité !