/24m/city
Navigation

Fermeture du Divan Orange: Perte «d’un lieu fort de la scène locale émergente»

Le Divan Orange accueille plus de 300 spectacles de musique par année depuis 12 ans.
FRÉDÉRIC T. MUCKLE/JOURNAL 24 HEURES/AGENCE QMI Le Divan Orange accueille plus de 300 spectacles de musique par année depuis 12 ans.

Coup d'oeil sur cet article

Le Divan Orange, une salle de spectacle du boulevard Saint-Laurent fondé en 2004 incontournable pour la scène musicale indépendante de Montréal, a annoncé dimanche sa fermeture au printemps prochain en mentionnant sa situation financière «intenable».

«À partir du moment qu’on perd une salle comme ça qui accueillait des spectacles chaque jour, ça va laisser un gros vide, a déploré le musicien Antoine Corriveau qui a joué plusieurs fois au Divan Orange. Il va y avoir un gros manque à combler.»

«Je me souviens de beaucoup de nervosité et de spectacles très très le fun aussi, se remémore l’artiste Luis Clavis du groupe Valaire à propos de ses premiers spectacles au Divan Orange lorsque le groupe sherbrookois tentait de percer à Montréal. La première fois qu’il a eu un certain "buzz" autour de nous, c’était avec les spectacles du Divan. »

«D’une grande tristesse. On est en deuil ce soir. @DivanOrange, merci pour tout», a partagé la gagnante du prix auteure de l’année au dernier Gala de l’ADISQ Klô Pelgag sur Twitter dimanche.

Un manque de soutien

Selon Julien Senez-Gagnon, membre de la coopérative qui gère l’établissement, la fermeture est principalement le résultat d’un manque de soutien de la part d’institutions publiques.

«Notre mandat culturel n’est pas reconnu et donc on n’est pas supporté par personne», a expliqué M. Senez-Gagnon en précisant que l’établissement ne reçoit pas de support à cause de son statut de bar, sauf pour l’aide financière de 50 000 $ apportée par la Ville de Montréal et l’arrondissement Plateau-Mont-Royal en 2015. «On est dans une zone grise administrative. »

Christine Gosselin, membre du comité exécutif notamment responsable de la culture, soutient que la métropole prévoit «très prochainement» mettre en place un comité de travail pour étudier la situation de ce type d’établissement.

«La ville est consciente de cet apport culturel [et] il y a une volonté générale de trouver des solutions à ces problèmes», a expliqué Mme Gosselin.

La chargée de communication à l’arrondissement, Catherine Piazzon, assure que les élus se pencheront sur le dossier du Divan Orange prochainement.

«Pour l’instant il n’y a pas de plan de relance ou de sauvetage, on veut simplement qu’il y ait une prise de conscience et alimenter [...] cette discussion de la reconnaissance des petits lieux culturels et des petites salles indépendantes au Québec», a expliqué M. Senez-Gagnon.