/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Mariana Mazza écrit ma chronique à ma place

Coup d'oeil sur cet article

Cher patron, exceptionnellement, pour ma chronique d’aujourd’hui, je ne vais pas donner mon opinion, faire une analyse, me positionner sur un dossier, écrire au « je ».

Si tu le permets, je vais juste ouvrir des guillemets pour citer une artiste et je n’ajouterai rien, parce que... je n’ai rien à rajouter. Elle dit tout haut exactement ce que je pense (et ce que pense la majorité des gens). Oui, vraiment, Mariana Mazza aurait pu écrire ma chronique à ma place.

PARITÉ OU QUALITÉ ?

En fin de semaine, Mazza a accordé une entrevue à mon collègue Cédric Bélanger du Journal de Québec.

Elle lui a déclaré, au sujet des femmes en humour : « Le but n’est pas d’avoir la parité, c’est d’avoir la qualité. »

Puis, Cédric lui a demandé si elle était « heureuse ou déçue d’être la première humoriste féminine, en quinze ans, à obtenir cinq citations au bal de fin d’année des comiques québécois ».

Voici ce que Mazza lui a répondu : « Non, je ne suis pas déçue parce qu’il n’y avait pas autant de filles. Il y avait juste Cathy Gauthier. C’était quoi, les chances ? Le but dans la vie, ce n’est pas d’avoir le plus de femmes, c’est d’avoir les femmes les plus compétentes. Ça adonne que notre génération en a de plus en plus. Qui a décidé qu’il fallait une parité ? Voyons, nous ne sommes pas des médecins. Si tu me disais : il y a plus d’hommes médecins parce que les femmes médecins sont boudées, c’est de la crisse de marde parce que les médecins sauvent des vies. Mais là, on fait des jokes... »

« Cinq nominations, a-t-elle ajouté, il y a plus de chances que ça arrive à un gars, ils sont cinq fois plus que nous. Nous ne sommes pas beaucoup. Pis c’est pas parce qu’on est rejetées. Nous sommes très bien traitées. C’est juste qu’il y a des styles qui sont moins accessibles. Avoir une voix aiguë, ça peut gosser. Des filles qui parlent d’accouchement ou de ménopause, ça ne touche pas tout le monde », analyse-t-elle.

Honnêtement, patron, est-ce que j’ai besoin de rajouter quelque chose à ce que Mariana Mazza a dit ? Me semble qu’elle a pas mal résumé ce que plein de gens pensent, non ?

En fait, si je rajoutais quelque chose, ce serait simplement pour dire que ça prendrait plus de femmes comme Mariana Mazza dans le MMHQ (Merveilleux Monde de l’Humour Québécois). Et que ça en prendrait aussi en musique et dans d’autres domaines artistiques.

CHAREST ET LE FESTIVAL DE L’HUMOUR

Parlant d’humour, avez-vous entendu le discours de Jean Charest au party d’anniversaire du Parti libéral, en fin de semaine ? Hépelaille !

Rire des enquêtes de l’UPAC, rire du travail sérieux des journalistes d’enquête, c’est pas sérieux !

Faire des blagues sur l’UPAC, c’est justifié si vous êtes caricaturiste ou scripteur pour le Bye Bye !

Venant de LA personne visée par LA plus importante enquête de l’UPAC, ça frise l’indécence.

Gardez votre emploi de jour, Monsieur Charest, vous n’êtes pas encore mûr pour le Festival du rire. Ni le premier ni le deuxième.