/world/opinion/columnists
Navigation

Le Québec sans enfant de Philippe Couillard

Coup d'oeil sur cet article

Un des plus grands problèmes du Québec est sa faible natalité.

François Legault a le courage de tenter de résoudre ce problème. Philippe Couillard a préféré se moquer de lui. Il transforme ce problème en un enjeu électoral de petite politique.

M. Couillard fait fausse route. Par son insouciance, il accable les générations futures d’un fardeau qui rendra leur vie misérable. D’autres pays paient aujourd’hui très cher ce genre d’insouciance.


1 Quel est le taux de fécondité au Québec?

Le taux de fécondité du Québec est de 1,59 enfant par femme. Il faut au minimum 2,1 enfants par femme pour assurer le simple maintien de la population. L’immigration aide à contrer la faible fécondité, mais de manière marginale.


2 D’autres pays ont-ils le même problème?

Plusieurs pays, en particulier en Europe, subissent les effets néfastes d’une faible fécondité. Le pays industrialisé qui est le plus frappé est le Japon. Avec un taux qui depuis des années se situe aux alentours 1,4 %, la population japonaise a commencé à décroître.

De 127 millions d’habitants en 2015, la population devrait passer à environ 88 millions en 2065. Le Japon perdra bientôt en moyenne 760 000 habitants par année. Et ce n’est pas tout, la population japonaise vieillit rapidement. Déjà, 28 % de sa population a plus de 65 ans.

Le Japon offre en quelque sorte aux sociétés comme le Québec, où la fécondité est en deçà du seuil de renouvellement des populations, un miroir de ce qui risque de se produire chez elles si la situation ne s’améliore pas.


3 Quelles sont les conséquences économiques de la chute démographique?

Depuis plus de 25 ans, le Japon s’enlise dans un déclin économique dont il ne parvient pas à sortir. Ce déclin résulte de plusieurs facteurs. Mais la chute de la population sape tous les efforts du gouvernement japonais pour revitaliser son économie.

Qu’on y songe : chaque année, des centaines de milliers d’appartements et de maisons entrent sur le marché parce que leurs occupants sont morts. Le nombre de retraités augmente, ce qui fait baisser la consommation courante. Les coûts de services de santé explosent.

Faute de jeunes entrepreneurs en nombre suffisant, les circuits d’affaires se sclérosent et les investisseurs vieillissants deviennent très frileux.


4 La situation deviendra-t-elle aussi grave au Québec?

Le Québec se dirige vers une situation similaire à celle du Japon. En 2030, 25,2 % de sa population aura plus de 65 ans. Si rien n’est fait maintenant, les plus de 65 ans représenteront 28,5 % de la population en 2060. La population du Québec commencera ensuite à décliner.

Il n’existe pas de recette magique pour augmenter le taux de fécondité. Mais couper dans les services aux familles, comme l’a fait le gouvernement de M. Couillard, incite les couples à avoir moins d’enfants.