/en5minutes
Navigation

Les tortues hibernent en respirant par leurs fesses

La nature n’est-elle pas merveilleuse?

Coucou!
Belikart - stock.adobe.com Coucou!

Coup d'oeil sur cet article

Les tortues sont des animaux fascinants. Elles vivent super longtemps, leur accouplement défie l’imagination et elles respirent à travers leur trou de pet.

L’hiver, certaines espèces de tortues se retrouvent piégées sous la glace des étangs où elles ont élu domicile. Or, elles doivent bien absorber de l’oxygène d’une manière ou d’une autre. Comment peuvent-elles respirer, si elles n’ont pas accès à la surface de l’eau?

Elles passent en mode «respiration cloacale».

«Cloacale» est l’adjectif tiré du nom «cloaque», qui réfère au trou «multi-usage» des oiseaux, des amphibiens et des reptiles (dont font partie les tortues). Un cloaque sert – attention – à faire pipi, à faire caca, à pondre des œufs et c’est même l’orifice permettant la reproduction. Un 4-en-1!

Pour les tortues qui hibernent, c’est même un 5-en-1, puisque le cloaque leur permet aussi de respirer.

L’eau, qui contient de l’oxygène, entre dans le cloaque, qui est particulièrement bien vascularisé. Par un processus complexe, l’oxygène de l’eau est absorbé par les vaisseaux sanguins passant dans cette région. Et voilà, les besoins en oxygène sont comblés.

Michelangelo a bien raison!

 

Métabolisme ralenti

Il faut dire que les tortues qui hibernent n’ont pas besoin de tant d’oxygène que ça. En effet, les tortues sont ectothermes, signifiant qu’elles ne produisent pas leur propre chaleur (contrairement aux chaufferettes que nous, endothermes, sommes).

En hiver, dans un étang presque gelé, disons à 1 °C, la température corporelle des tortues est également à 1 °C. Leur métabolisme ralentit en fonction de cette baisse de température, au point où leurs besoins pour survivre sont minimaux.

Or, si la croûte glacée de l'étang dure trop longtemps, il se peut qu’il n'y ait plus assez d’oxygène dans l’eau pour que les tortues survivent. Elles doivent alors passer en mode anaérobique, soit sans oxygène. Elles ne peuvent pas rester en mode anaérobique trop longtemps, par contre, car l’acide qui s’accumule dans leur organisme peut être fatal.

Au printemps, il est urgent pour les tortues de retrouver la chaleur, pour chasser cette accumulation d’acide. Mais elles sont courbaturées de leur hibernation, donc elles se déplacent très lentement (ben... encore plus lentement que d’habitude). C’est un moment où elles sont particulièrement vulnérables.

Entre la moitié et les deux tiers des espèces de tortues sont en danger d’extinction. Il vaut donc la peine d’en connaître davantage sur leurs manières de vivre.


 

En 5 minutes, c'est l’actualité scientifique expliquée autrement: vidéos, infographies, reportages, quiz, réalité virtuelle. Suivez-nous sur Facebook et Instagram.