/misc
Navigation

[VIDÉO] Un peu de confusion pour le président de l'Assemblée nationale

Le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon.
Photo Simon Clark/Agence QMI Le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon.

Coup d'oeil sur cet article

Fraîchement arrivé d’un voyage au Burundi, le président de l’Assemblée nationale ressentait-il encore les effets du décalage horaire, mardi?

Jacques Chagnon semblait un peu confus au tout début de la séance de l’Assemblée, si bien qu’il s’est trompé de nom en demandant aux députés d’avoir une pensée pour un ancien parlementaire décédé, François Aquin, qu’il a appelé Hubert.

Puis, il a poursuivi en soulignant la présence de plusieurs personnalités dans les tribunes du Salon bleu, mais il a complètement oublié de nommer le capitaine nouvellement retraité de l’Impact de Montréal, Patrice Bernier, qui lui aussi était accueilli à l'Assemblée nationale... 

 

La Davie(s)

Pour sa part, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a tenu un point de presse en matinée avec un représentant du chantier Davie.

Le hic c’est qu’il a prononcé le nom «Davie» de la mauvaise façon en ajoutant, à tort, un «s» à la fin du mot, et ce, tout au long du point de presse...

La déclaration du jour

M. Lisée s’en est aussi pris au premier ministre qu’il a qualifié d’«Arsène Lupin des programmes politiques».

«M. Couillard est un peu l'Arsène Lupin des programmes politiques, donc il a volé le programme politique de la CAQ, le téléchargement est complété, et là le monorail, nous, on le propose depuis des années, c'est dans le programme du Parti québécois, j'en parlais en juin dernier.»

 

Une élection «historique»?

Succédant au député Guy Ouellette à la présidence de la Commission des institutions, Pierre Michel Auger a qualifié «d’historique» son élection à ce poste.

Son ex-collègue libéral, Gilles Ouimet, qui a démissionné de son poste en août 2015, mais qui fut lui aussi président de cette commission, a remis en doute le choix du qualificatif «historique»...