/sports/soccer/homepage
Navigation

Le Toronto FC en finale

Jozy Altidore marque le seul but de la série dans une victoire de 1 à 0

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Pour une seconde année consécutive, le Toronto FC accueillera la finale de la Coupe MLS après avoir remporté une victoire de 1 à 0 face au Crew de Columbus, lors du match retour de la finale de l’Est, mercredi soir. Le match aller s’était conclu sur un verdict nul de 0 à 0.

Il aura fallu attendre 150 minutes pour voir le seul but cette série et c’est Jozy Altidore qui l’a marqué sur une seule jambe à la 61e minute, ce qui a soulevé la salle comble de 30 392 spectateurs au BMO Field.

L’attaquant torontois s’est amené sur la droite en débordant Lalas Abubakar et a parfaitement croisé son tir pour déjouer Zack Steffen après une belle talonnade de Sebastian Giovinco pour Victor Vazquez qui a ensuite remis à Altidore.

L’Américain a tenu le coup tout juste assez longtemps pour faire la différence puisqu’une douzaine de minutes plus tôt, il s’est blessé à la cheville quand Harrison Afful lui est tombé dessus accidentellement. Altidore a quitté le match huit minutes après avoir marqué.

Toronto saura ce soir qui sera son adversaire, mais on risque d’assister à une reprise de la finale 2016 puisque les Sounders de Seattle mènent 2 à 0 sur le Dynamo de Houston et le match retour est disputé à Seattle.

Comme un sprinter

L’entraîneur-chef du Toronto FC, Greg Vanney, a avoué qu’il avait vécu de grands moments de stress dans un match très serré.

Il a aussi précisé que c’est Altidore lui-même qui a décidé de rester dans le match.

« Quand il est retourné après avoir reçu un bandage, je lui ai dit de tester sa cheville et de me dire comment il se sentait. Il n’a rien dit.

« Quand il a marqué, il est passé de gars qui boite à un sprinter olympique. »

Vazquez rate

SI le Crew a bien amorcé la rencontre en tentant des choses en territoire ennemi, Toronto a tranquillement imposé son rythme dans un lent crescendo.

Les Torontois sont allés chercher des coups francs et des coups de pied de coin pendant que Ola Kamara, du Crew, faisait surtout des hors-jeu.

C’est justement sur un coup de pied de coin que Toronto croyait avoir une chance de prendre l’avance quand Josh Williams a bousculé Drew Moor, ce qui a provoqué un tir de pénalité.

Greg Vanney a donné le tir à Victor Vazquez plutôt que Sebastian Giovinco. Vazquez a décoché un tir correct, sans plus, mais Zack Steffen a plongé sur sa droite pour fermer la porte.

Travail défensif

Dans une troisième demie sans but dans cette finale de l’Est, pas besoin d’une boule de cristal pour comprendre que le jeu défensif a dominé l’action.

Dans le camp torontois, Michael Bradley a possiblement sauvé un but quand il est revenu près du petit rectangle pour glisser et bloquer un tir de Justin Meram qui a cependant mal contrôlé la balle.

À l’autre bout du terrain, le Crew a fait ses devoirs et s’est assuré que Sebastian Giovinco et Jozy Altidore ne pèsent pas trop sur le match en les isolant bien.

Les hommes en jaune ont cependant joué plusieurs avec le feu en commettant des fautes dans des endroits dangereux. Mais encore là, le Crew a su résister en bloquant notamment un bon coup franc de Giovinco.

Zack Steffen a tout fait pour garder son équipe dans le coup avec quelques arrêts brillants, encore une fois. Pendant ce temps, ses coéquipiers offensifs, dont Justin Merram et Ola Kamara, n’ont rien fait qui vaille même s’ils ont causé des frissons aux Reds en fin de match.

On doit maintenant se demander si c’était le dernier match du Crew que le propriétaire, Anthony Precourt, entend déménager à Austin, au Texas.

Altidore a le don de rassurer Bradley

TORONTO | Jozy Altidore a été le héros de la victoire du Toronto FC même s’il a quitté le match en raison d’une blessure à la cheville.

Il a quand même eu le temps de marquer le seul but de la série pour propulser son équipe en finale pour une seconde année de suite.

Michael Bradley a rendu hommage à celui qui est son coéquipier en rouge de même qu’avec la sélection américaine.

« Quand tu es dans le tunnel lors d’un soir comme ça et que tu vois Jozy, tu te sens en confiance parce que tu sais qu’il va tout donner.

« Il était blessé et il a fait le gros jeu pour nous, je suis très heureux pour lui. »

Pas sérieux

Vanney ne semblait pas s’inquiéter de voir son gros attaquant s’absenter pour la finale, qui sera disputée le 9 décembre.

« On va le traiter, mais je crois qu’on va pouvoir le remettre sur pied. Ce n’est pas assez sérieux pour qu’il ne se remette pas dans les neuf prochains jours », a assuré l’entraîneur-chef torontois.

Celui-ci n’a par ailleurs pas avancé d’adversaire favori entre Houston et Seattle qui disputent le match ultime de la finale de l’Ouest ce soir. Seattle mène 2 à 0 et on pourrait avoir une reprise de la finale 2016 que Seattle a remportée lors de la séance de tirs au but.

« Ça n’a pas d’importance, nous jouons devant nos partisans et c’est tout ce qui compte. »

Polyvalence

Vanney a vanté la polyvalence de son équipe qui peut se sortir de toutes les situations.

« On a plusieurs façons de gagner cette année. On peut gagner sur les jeux arrêtés, en attendant l’adversaire ou encore en poussant offensivement. Nous avons une belle capacité d’adaptation. »

Il a également mis de l’avant le travail de Victor Vazquez même si celui-ci a raté un tir de pénalité en première demie. L’Espagnol a toutefois obtenu la passe décisive sur le but d’Altidore.

« Vazquez fait partie de la solution, on l’a vu sur le but alors qu’il a tenu le ballon juste assez longtemps pour le donner à Jozy. »

Michael Bradley a toutefois rappelé que tout le monde devait être prêt à affronter l’imprévu pendant les séries d’après-saison.

« Pour gagner en séries, tu ne peux pas t’attendre à ce que tout ce qui a fonctionné en saison régulière va marcher ce soir-là, ça serait naïf.

« Pour être à notre meilleur, nous devons jouer sur le fil du rasoir et nous avons dû éteindre plusieurs feux ce soir. »