/sports/fighting
Navigation

Ce sera une leçon de boxe, selon Ingle

Dominic Ingle
Photo d’archives, Martin Chevalier Dominic Ingle

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | L’entraîneur de B.J. Saunders, Dominic Ingle, n’a aucun doute dans son esprit. On assistera à une leçon de boxe de la part de son poulain, le 16 décembre à la Place Bell.

« Billy devra suivre le plan à la lettre, soit d’amener Lemieux à l’école, a souligné Ingle lors d’une entrevue avec Le Journal de Montréal. On prévoit une grande performance de la part de notre champion. « Lemieux a une bonne force de frappe, mais B.J. est un excellent boxeur. J’estime que sa puissance est sous-estimée. Je peux vous garantir qu’il aura de l’essence du premier au 12e round. Si Lemieux veut l’emporter, il devra être au sommet de son art. »

Ingle admet que son boxeur n’a pas toujours été sérieux à l’entraînement depuis le début de leur association. Toutefois, Saunders a décidé de prendre sa carrière en main l’été dernier.

« Si je peux dire qu’il a connu son meilleur camp jusqu’à maintenant et qu’il sera à 100 % de ses capacités contre Lemieux, c’est qu’il s’entraîne de façon sérieuse depuis la fin de juin, a-t-il souligné. Auparavant, il avait passé seulement six semaines dans le gymnase en l’espace de six mois. Il avait également des problèmes de poids. Ce n’était pas la bonne recette. »

En quête de constance

Malgré son immense talent, Saunders a été irrégulier dans ses prestations depuis le début de sa carrière. S’il n’était pas motivé par l’opposant qu’il affrontait, il avait la fâcheuse tendance de se mettre au même niveau que lui.

« Il a bien fait contre Willy Monroe en septembre, mais il en a fait juste assez pour gagner, a indiqué Ingle. Il pensait déjà à son prochain adversaire, car il savait qu’il se battrait en décembre.

« B.J. a souvent mentionné qu’il était son pire ennemi et il a tout à fait raison. »

Il aimerait bien que son poulain prenne exemple sur un athlète comme Gennady Golovkin au cours des prochaines années.

« C’est un boxeur discipliné et qui est constant dans ses performances. Il a rarement un mauvais combat. C’était aussi le cas d’Andre Ward. Depuis le début de sa carrière, on ne peut pas mettre Billy dans cette catégorie.

« Certains soirs, il est brillant et dans d’autres, il ne boxe pas à la hauteur de son talent. La constance est une chose qu’il doit atteindre. »

Brook dans les parages

Lors de la visite du Journal au gymnase torontois, on a aperçu l’ancien champion du monde IBF des mi-moyens Kell Brook.

« Kell est un gros partisan de Billy et il vient l’aider à l’entraînement, a indiqué Ingle. En l’amenant avec nous, je voulais recréer une atmosphère similaire à celle qu’on retrouve à notre gymnase en Angleterre.

« Lorsque B.J. est en camp d’entraînement, il demeure dans la même maison que Kell. Ça leur permet d’échanger ensemble. Kell a aussi un bon œil pour constater les choses qui clochent pendant les entraînements. »

Cependant, Brook ne sera pas dans le ring pour accompagner Saunders dans sa bataille contre Lemieux. Soit dit en passant, Brook prévoit de renouer avec l’action en mars.