/entertainment/movies
Navigation

Kim Nguyen et ses stars d’Hollywood

Le cinéaste québécois tourne avec Jesse Eisenberg et Alexander Skarsgård

Jesse Eisenberg et Alexander Skarsgård dans une scène de The Hummingbird Project, le prochain film du cinéaste québécois Kim Nguyen (Rebelle, Un ours et deux amants).
Photo courtoisie Jesse Eisenberg et Alexander Skarsgård dans une scène de The Hummingbird Project, le prochain film du cinéaste québécois Kim Nguyen (Rebelle, Un ours et deux amants).

Coup d'oeil sur cet article

C’est avec un budget important (16 M$) et des vedettes hollywoodiennes comme Jesse Eisenberg, Salma Hayek et Alexander Skarsgård que le cinéaste québécois Kim Nguyen tourne ces jours-ci à Montréal son troisième film anglophone, The Hummingbird Project, qu’il décrit comme son projet le plus ambitieux à ce jour. Le Journal a visité le plateau de tournage jeudi.

La scène se déroule dans un restaurant d’un quartier chinois. Vincent (Jesse Eisenberg) et son cousin Anton (Alexander Skarsgård) sont installés à une table où ils ont fixé rendez-vous à un partenaire potentiel (Michael Mando) pour lui exposer les grandes lignes de leur nouvelle idée de génie. Ce projet fou, c’est de bâtir un câble en fibre optique entre le Kansas et le New Jersey qui pourrait leur permettre de faire fortune en devançant tout le monde de quelques nanosecondes dans le marché des transactions boursières à haute fréquence.

« Le film raconte l’histoire de deux cousins qui veulent battre le système du marché boursier, mais on se rend compte que leur projet représente toute l’absurdité du système financier. Ils vont finir par se rendre compte de la futilité du projet », explique Kim Nguyen entre le tournage de deux prises jeudi après-midi dans le quartier chinois de Montréal.

Travailler avec des vedettes

S’il avait déjà dirigé des vedettes comme Tatiana Maslany et Dane DeHaan dans son film Two Lovers and a Bear, c’est la première fois que Kim Nguyen travaille avec de grandes stars comme Salma Hayek (Frida) et Jesse Eisenberg (Le réseau social).

« Ce qui est plus compliqué avec des stars de ce calibre, c’est tout ce qui vient avant le tournage comme les négociations avec les agents, indique Kim Nguyen. Mais une fois qu’on se retrouve avec les acteurs sur le plateau, ça se passe super bien. Jesse et Alexander travaillent très fort. Ils se sont beaucoup investis dans les rôles.

Quant à Salma Hayek, elle vient d’un autre univers. Elle a un entourage imposant et c’est sûr qu’il a fallu qu’elle s’adapte quand elle est arrivée sur le plateau. Mais c’est aussi une grande travaillante. Elle m’a appelé à 3 h du matin pour me poser des questions sur les personnages et sur ses répliques. »

L’histoire du film se déroule principalement en Pennsylvanie, entre le Kansas et le New Jersey. Une grande partie du film a été tournée à Thetford Mines et à Montréal et ses environs. Des scènes seront tournées dans quelques jours à Toronto, qui servira de décor pour New York.

Rencontrés jeudi sur le plateau de tournage du film, Jesse Eisenberg et Alexander Skarsgård disent avoir accepté de jouer dans ce film parce qu’ils sont tombés en amour avec le scénario de Kim Nguyen.

« C’est mon agent qui m’a fait lire le scénario en me disant qu’il pensait qu’il était assez fou pour que je l’aime, raconte en souriant Jesse Eisenberg. Je pense en effet que c’est un projet fait sur mesure pour moi. J’ai aimé la pertinence avec laquelle il parle de l’univers des transactions boursières à haute fréquence, mais j’ai aussi trouvé qu’il y avait au cœur du film une magnifique relation entre les deux cousins qu’on joue, Alexander et moi. »

Habitué aux rôles de sex-symbol, Alexander Skarsgård (Tarzan, True Blood) a aussi été attiré par l’idée de se transformer physiquement pour jouer un homme peu séduisant qui a des problèmes de calvitie :

« C’est le genre de personnage que je n’ai jamais joué avant. Anton est un homme qui n’aime pas socialiser, qui préfère passer son temps seul derrière son ordinateur. C’était un challenge pour moi de jouer ce genre de rôle », souligne l’acteur suédois qui a récemment travaillé aussi avec Jean-Marc Vallée pour la série télé Big Little Lies.


♦ Le tournage du film a débuté le 15 octobre et se terminera dans quelques jours.

 

The Hummingbird Project Tourné en anglais et produit ici

Kim Nguyen
Photo d'archives
Kim Nguyen

The Hummingbird Project est tourné en anglais et il met en vedette des acteurs hollywoodiens. Mais pourtant, quand le cinéaste Kim Nguyen dit : « Coupez », c’est dans la langue de Molière que se déroulent la plupart des conversations sur le plateau de tournage du film.

C’est que non seulement le nouveau long métrage de Nguyen est une production majoritairement québécoise produite par une compagnie montréalaise (Item 7), mais l’équipe de tournage du film est en grande partie composée de techniciens québécois.

« C’est drôle parce que la plupart du temps, je ne comprends pas ce que les gens disent autour de moi, souligne en riant Jesse Eisenberg. C’est aussi un soulagement parce que comme je ne comprends pas, je ne peux pas critiquer leurs conversations ! »

Alexander Skarsgård dit pour sa part être habitué à ce genre de situation : « Avant de venir ici, j’ai tourné un film en Espagne avec une équipe majoritairement espagnole. J’ai aussi fait deux films en Allemagne plus tôt cette année. Alors, ce n’est pas un problème pour moi. »

En amour avec Montréal

S’ils avaient déjà visité Montréal par le passé, Jesse Eisenberg et Alexander Skarsgård en sont tous les deux à leur première expérience de tournage dans la métropole québécoise. Ils disent être tombés en amour avec la ville.

« J’étais venu passer trois jours à Montréal il y a dix ans avec un ami qui étudiait à l’Université du Vermont, mais je n’avais pas eu le temps de prendre le pouls de la ville, relate Jesse Eisenberg. Mais cette fois-ci, j’ai eu le temps de le faire et j’adore. C’est une ville où on se sent totalement dans un autre pays, contrairement par exemple à Toronto, qui a une saveur très américaine. »

Même son de cloche du côté d’Alexander Skarsgård : « Montréal est une ville formidable. J’aimerais d’ailleurs revenir sans avoir à travailler pour pouvoir avoir le temps de visiter encore plus la ville et découvrir la culture. J’aime l’énergie qu’on retrouve ici. »