/sports/fighting
Navigation

«Lemieux est un boxeur de huit rounds» – Billy Joe Saunders

Le champion WBO est convaincu qu’il sèmera le doute dans la tête du Québécois pendant leur duel

Billy Joe Saunders respire la confiance à deux semaines de son combat contre David Lemieux.
Photo Agence QMI, Dominic Chan Billy Joe Saunders respire la confiance à deux semaines de son combat contre David Lemieux.

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | À 15 jours de son premier combat à l’extérieur de l’Angleterre, Billy Joe Saunders respire la confiance. Le champion WBO des poids moyens est convaincu qu’il pourra vaincre David Lemieux, et ce, de façon décisive.

Le Journal de Montréal est allé le rencontrer au gymnase HardKnocks de Toronto, où il peaufine les derniers détails de son camp d’entraînement. Saunders et son équipe sont arrivés en sol canadien au début de la semaine, notamment pour combattre les effets du décalage horaire.

Au cours de l’entretien, Saunders (25-0, 12 K.-O.) n’a pas contourné les questions au sujet de son important duel avec le Québécois. Bien au contraire.

On a découvert un champion avec une philosophie différente de celle des autres boxeurs. Pour lui, c’est seulement la victoire qui compte et non le chèque de paye qui l’accompagne.

« Je donnerais tout l’argent du monde pour une victoire, a affirmé Saunders. Je fais tout ce qui est nécessaire dans le ring afin d’atteindre cet objectif. Lorsque la première cloche sonne, ça m’allume. »

Puis, il a ouvert la machine sur son prochain adversaire.

« David Lemieux (38-3, 33 K.-O.) est un boxeur de huit rounds, a mentionné le champion. Il n’est pas assez bon pour faire partie de l’élite de notre division.

« Il s’est hissé au sommet, mais il a échoué. Il sait qu’il doit gagner notre combat pour y retourner, mais ça n’arrivera pas. Tout comme le plan d’Oscar De La Hoya de vouloir organiser un combat entre lui et Canelo Alvarez. »

La vitesse et la peur comme outils

Saunders est conscient qu’une tempête pourrait déferler dans le ring dans les premières minutes de son duel contre Lemieux. Il réserve cependant quelques surprises à son aspirant.

« David est un gros cogneur et je n’ai pas de doutes là-dessus. Il va chercher le knock-out du 1er au 12e round contre moi, a mentionné l’athlète de 28 ans. Toutefois, la boxe n’est pas simplement une question de puissance.

« J’ai déjà été en mesure de frustrer de gros cogneurs comme lui avec ma vitesse. Lemieux n’a jamais boxé de reculons et c’est ce qu’il apprendra le 16 décembre. S’il pense qu’il va courir après moi pendant 12 rounds, il se trompe. Je vais l’attendre au centre du ring. »

Lorsqu’un boxeur gaucher affronte un droitier, il peut laisser des ouvertures en lançant son jab. Si Saunders commet ce type d’erreur contre Lemieux, il pourrait se faire pincer par le fameux crochet de gauche du Québécois, le meilleur coup de son arsenal.

« Je suis au courant de ce qui peut arriver, mais je suis excellent dans l’art de mesurer ma distance avec mon adversaire, a précisé l’Anglais. Je sais que Lemieux aime boxer à courte distance. De plus, il n’a pas affronté de gaucher depuis quatre ans et ça pourrait être un facteur. »

Saunders a un autre outil qui n’a rien à voir avec sa technique : la peur.

« Comme champion, tu dois avoir confiance en tes moyens, mais aussi avoir une dose de peur, a-t-il ajouté. Ça te garde sur un pied d’alerte. Si tu n’en as pas, ça peut te faire mal.

« C’est ce qui peut te permettre d’esquiver un coup de puissance. »

Un autre élément peut animer un boxeur : la crainte de perdre.

« Lemieux a déjà goûté à la défaite au cours de sa carrière, a raconté Saunders. Il connaît bien ce sentiment lorsque c’est en train d’arriver durant un combat. Il est conscient de sa limite.

« Je ne connais pas cette situation et je ne sais pas comment je vais réagir lorsque ça va m’arriver. »

La pression sur Lemieux

Selon Saunders, c’est Lemieux qui aura toute la pression sur les épaules lorsqu’ils monteront ensemble dans le ring.

« Il boxera devant son public et les attentes seront élevées à son endroit, a affirmé Saunders qui en sera à son premier combat à l’extérieur de l’Angleterre en carrière. Il sait très bien qu’il y aura beaucoup de déception s’il perd.

« Il doit offrir un bon spectacle et si ça ne va pas à son goût, il est possible qu’il doive forcer le combat. Je m’attends à ce scénario. »

Lemieux a une grosse commande contre un adversaire qui ne fait pas beaucoup d’erreurs durant ses combats. Saunders est très habile dans le ring et il a toujours été capable de se sortir du pétrin.

« David va foncer sur moi, mais il va avoir de la misère à m’atteindre. Il verra que ce sera encore plus difficile que ça l’a été avec Gennady Golovkin.

« C’est pour cette raison que je suis très à l’aise de dire que je vais gagner. Bien sûr, les cartes des juges devront refléter ce qui se déroulera dans le ring. En passant, je n’ai aucune crainte à ce sujet. »

Motivé plus que jamais

Contre Lemieux, Saunders aura des choses à prouver. La première, c’est qu’il peut gagner à l’extérieur de l’Angleterre. La deuxième, c’est qu’il est le meilleur boxeur des 160 lb après Golovkin et Alvarez.

« David a déjà eu sa chance et il a été battu facilement. C’est maintenant mon tour d’avoir cette opportunité. J’ai toujours voulu affronter les plus gros noms, mais ça ne s’est jamais concrétisé.

« Je peux comprendre Golovkin, Canelo et même Chris Eubank Jr. Ça semble facile de l’extérieur de m’affronter, mais c’est une autre histoire quand tu te retrouves dans le ring avec moi. Je suis un boxeur compliqué. De plus, je ne crois pas qu’ils soient prêts à cracher sur un combat de 100 millions $ pour m’affronter et c’est normal. »

Cette situation a cependant joué dans la tête de Saunders dans les dernières années.

« Lorsque j’ai vu que les promesses qu’on m’avait faites ne se réalisaient pas, j’ai perdu l’intérêt. C’est devenu difficile de me motiver à l’entraînement, a-t-il reconnu. Je voulais qu’on me donne des adversaires qui allaient m’allumer et qui allaient me donner la frousse en montant sur le ring. »

Quel est son niveau de motivation pour son duel contre Lemieux ? Très élevé. C’est une bonne nouvelle pour les amateurs qui se rendront à la Place Bell.

« Si je ne peux pas battre Lemieux, ça veut dire que je n’ai pas d’affaires dans le même ring que Golovkin et Canelo, a-t-il souligné. La seule personne qui pourra me battre, ce sera moi-même. »