/sports/fighting
Navigation

Steve Bossé veut affronter de gros noms

Yvon Michel et le Groupe GYM présente Steve Bossé, la nouvelle acquisition du Groupe Yvon Michel.
Photo Capture d'écran TVA Sports Yvon Michel et le Groupe GYM présente Steve Bossé, la nouvelle acquisition du Groupe Yvon Michel.

Coup d'oeil sur cet article

Steve Bossé s’est toujours battu. Après une carrière de quelques saisons dans la ligue nord-américaine de hockey, durant laquelle il a livré plus de 300 batailles, la vie l'a mené vers les arts martiaux mixtes.

«J’ai atteint les sommets, j’ai atteint mon objectif qui était de me battre en UFC, de gagner en UFC», a expliqué le principal intéressé.

Bossé (12-2-0, 9 K.-O.) s’est battu 14 fois dans l'octogone. Trois fois, sous la bannière UFC, où il a remporté deux de ses trois affrontements. Mais le rêve du puissant cogneur de Saint-Jean-sur-Richelieu a toujours été d’être un boxeur professionnel.

«C’était tout le temps là en arrière. J’avais d’ailleurs déjà écrit à Yvon, il y a une dizaine d’années, comme quoi j’aurais voulu faire le "switch", mais j’avais déjà entamé ma carrière de combattant ultime.»

Mais voilà qu'à 36 ans, «The Boss» amorce sa carrière de rêve avec le Groupe GYM. Et on lui promet d’affronter de gros noms dès le départ.

«C’est un gars qui sait soulever les foules», a affirmé Yvon Michel.

Si Bossé dit pouvoir se battre dans différentes catégories, autant chez les 185 lbs que chez les plus de 200 lbs, Michel a précisé que c’est à 200 lbs (cruiserweight) qu’il serait le plus efficace.

De gros noms d'entrée de jeu

Bossé a déjà des noms en tête: «Roy Jones, Bernard Hopkins qui pourrait sortir de la retraite, Lucian Bute, Jean Pascal. Jean Pascal est dans ma mire depuis longtemps. Les fans seraient sûrement curieux de voir le dénouement de ce combat.»

S’il affirme trouver ces scénarios plausibles, Yvon Michel assure, à tout le moins, que son nouveau boxeur se battra contre des pugilistes bien connus.

C’est en avril qu’on devrait voir Bossé sur le ring, en finale d’un événement, à Montréal ou Laval. D’ici là, Michel et l’équipe du boxeur vont s’affairer à trouver à ce dernier un entraîneur de haut niveau pour l'épauler.