/opinion/columnists
Navigation

Toujours plus bas

Donald Trump
Photo d'archives, AFP Donald Trump

Coup d'oeil sur cet article

Même si les partisans de Donald Trump ont longtemps cru qu’il allait un jour se montrer digne de sa fonction, il persiste dans ses comportements erratiques. Pourquoi ?

Ces derniers temps, les agissements controversés du président américain se sont multipliés.

Hier, il a diffusé sur Twitter une vidéo incendiaire provenant d’une extrémiste anti-islamique et ses attaques gratuites contre les leaders démocrates du Congrès ont paralysé les négociations budgétaires.

Lundi, lors d’une cérémonie à la mémoire de héros de guerre navajos, il n’a pu s’empêcher de lancer une insulte raciste à une adversaire démocrate devant des vétérans autochtones outrés.

Trump a intensifié ses attaques contre les médias et harangué un journaliste soupçonné d’inconduites sexuelles, même s’il est lui-même la cible d’une douzaine d’allégations sérieuses.

Plus rien n’étonne de la part de ce personnage, mais pourquoi agit-il ainsi ?

Un calcul politique ?

Selon certains, ces actions viseraient à consolider ses appuis parmi ses partisans, à qui il peut faire avaler ses déclarations racistes, misogynes ou insensibles au nom de l’opposition à la rectitude politique.

Il est vrai qu’il existe une tranche de l’électorat qui est prête à excuser ses écarts de conduite, qui gobe béatement ses faussetés et qui persiste à lui faire confiance malgré les contradictions et les promesses non tenues.

Il est aussi vrai que ces partisans inspirent la crainte aux républicains qui seraient tentés de défier son autorité.

Toutefois, de plus en plus de républicains dénoncent les comportements erratiques de Trump et l’exhortent à abandonner Twitter.

De plus, ce calcul politique fonctionne mal, car, malgré la vigueur de l’économie, l’opinion continue à désapprouver massivement sa performance.

Trump déjanté ?

Il y a une autre hypothèse. Soit en raison des rigueurs de son boulot ou parce qu’il sent le procureur Robert Mueller lui respirer dans le cou, ou peut-être à cause des allégations d’inconduites sexuelles contre lui qui reviennent le hanter, Trump serait simplement en train de perdre le contrôle.

Ceci expliquerait notamment pourquoi il semble parfois vivre dans une réalité parallèle. Par exemple, des proches rapportent qu’il douterait de l’authenticité de la vidéo d’Access Hollywood et serait prêt à revenir sur la question du certificat de naissance de Barack Obama. Il serait aussi persuadé que l’enquête sur l’affaire russe sera terminée dans un mois et que ses proches et lui s’en sortiront indemnes.

Affirmer son pouvoir

Ce détachement face au réel n’est pas nouveau. Depuis janvier, le président a émis plus de 1500 déclarations trompeuses ou carrément fausses.

Ce qui est remarquable lorsqu’il ment effrontément, qu’il pose des gestes offensifs ou qu’il fait preuve d’hypocrisie, c’est qu’il agit sans le moindre scrupule, comme si l’exercice de son autorité ne devait souffrir d’aucune contrainte.

Le penchant de Trump pour la désinformation et son mépris apparent pour les conventions, les normes et les institutions sont plus que les éléments d’un calcul partisan ou les signes d’une perte de contrôle. Ce sont des indices d’un tempérament autoritaire.